Accueil / Développement / « L’Express » : Patrick Drahi aurait mis 5 à 10 millions d’euros sur la table

« L’Express » : Patrick Drahi aurait mis 5 à 10 millions d’euros sur la table

« L’Express » : Patrick Drahi aurait mis 5 à 10 millions d’euros sur la table

Le propriétaire de SFR Numéricable est en négociations exclusives pour reprendre « L’Express » et « L’Expansion », mais aussi « Lire », « Studio » et « Mieux Vivre ». Le Figaro n’obtient rien. Roularta conserve « L’Etudiant », « Point de Vue » et la série des « Côté ».

C’est confirmé par Roularta lui-même depuis jeudi après-midi. Patrick Drahi, le patron de SFR Numericable, et son associé Marc Laufer sont rentrés en négociations exclusives avec le groupe belge pour lui reprendre « L’Express » et « L’Expansion ». A la grande surprise des observateurs, les deux hommes ont également acquis auprès de Roularta plusieurs autres titres : « Lire », « Studio Ciné Live », le patrimonial « Mieux Vivre Votre Argent », « Classica et Pianiste » ainsi que le site Internet « L’Entreprise » et les activités Job Rencontres et Distrijob.

Selon nos informations, le prix de la transaction tournerait autour de 5 millions à 10 millions d’euros car les coûts de restructuration pourraient être élevés pour les nouveaux propriétaires. C’est bien peu par rapport à la valorisation de 220 millions d’euros pour tout le groupe sur la base de laquelle s’était faite la montée de Roularta à 100 % dans L’Express-L’Expansion il y a huit ans.

L’Express et L’Expansion afficheraient une perte d’exploitation de 5 à 6 millions d’euros et les trois autres titres acquis par Patrick Drahi seraient tout juste proches de l’équilibre. Et la cession du « Nouvel Obs » aux actionnaires du « Monde » ne plaidait pas non plus pour un prix élevé. Invité de l’Association des journalistes médias (AJM) en mars, Claude Perdriel, fondateur du « Nouvel Observateur », était ainsi revenu sur la vente de l’hebdomadaire à Xavier Niel, Pierre Bergé et Matthieu Pigasse, et il avait alors confirmé que le vrai prix de cession du titre était de 4,1 millions d’euros.
Prendre acte

Le groupe dirigé par Rik de Nolf a finalement décidé de maintenir une présence en France. Il conserve« L’Etudiant » avec son site Internet et ses salons, « Point de Vue » et le pôle art de vivre avec la série des « Côté » tels que « Maison Côté Ouest ». Ce lot de titres est réputé en meilleure santé économique que « L’Express ».

Le Figaro, qui était associé à Patrick Drahi dans la transaction, est en revanche reparti bredouille. Le groupe de Serge Dassault convoitait notamment « L’Etudiant », la série des « Côté », « Point de Vue » et peut-être « Mieux Vivre ». « Je comprends que Roularta n’est vendeur que de deux titres et pas des autres publications que nous souhaitions acquérir, avait réagi Marc Feuillée, DG du Figaro, mercredi soir. Nous prenons acte dans l’attente d’une confirmation ».

Le groupe L’Express compte au total 20 magazines et 7 sites Internet. Roularta, qui avait racheté L’Express en 2006 auprès de Serge Dassault, propriétaire du « Figaro », cherchait depuis un moment à alléger ses positions en France pour se renforcer en Europe du Nord. Il avait ainsi mandaté une banque d’affaires. Le marché français est réputé difficile dans les news magazines.

Les salariés de « L’Express » ont pendant ce temps fait connaître leurs craintes d’une reprise par Patrick Drahi. Pour eux, sa gestion dans les médias s’est caractérisée par une « politique low cost doublée de plans de départs massifs »

Nicolas Madelaine, Fabienne Schmitt
Médias/lesechos.fr

Aller en haut