Accueil / Développement / 10e salon professionnel international «Alger-Industries» Beaucoup d’affaires conclues

10e salon professionnel international «Alger-Industries» Beaucoup d’affaires conclues

10e salon professionnel international «Alger-Industries» Beaucoup d’affaires conclues

Le 10e salon professionnel international «Alger-Industries», qui s’est tenu du 3 au 6 octobre, s’est achevé sur un sentiment de satisfaction perceptible chez de nombreux exposants qui nous ont fait part de la conclusion de bon nombre d’affaires dans diverses filières de l’industrie.

Même si elles furent moins nombreuses cette année, les entreprises étrangères paraissaient être les plus comblées, ne serait-ce que du fait d’avoir réussi à commercialiser les équipements qu’elles avaient exposés.

«On ne sent pas du tout la crise financière chez le privé algérien, toujours disposé à investir lorsque l’occasion se présente», nous a affirmé un des membre de la Chambre de commerce et d’industrie qui avait accompagné des sociétés de la région française PACA. Les entreprises privées qui se lancent pour la première fois dans ce genre d’événements marketing ont également été plus nombreuses cette année et c’est ainsi que l’on découvre que beaucoup de sociétés privées ont investi discrètement mais efficacement dans des créneaux insoupçonnés, comme les modules de lutte contre les incendies, les panneaux composites en aluminium, les équipements de coupes et de façonnage de plaques en acier, la plomberie sanitaire de dernière génération, le façonnage de pièces de rechange, etc.

On a beaucoup parlé de sécurité industrielle à l’occasion d’une journée d’étude portant expressément sur ce sujet sensible auquel font face quotidiennement les entreprises industrielles. Les experts algériens et étrangers, qui ont donné leurs doctes points de vue sur la question, étaient unanimes à reconnaître que la législation algérienne en matière d’hygiène et de sécurité est parfaitement bien encadrée sur le plan législatif et réglementaire (pas moins de 131 décrets ont été promulgués à cet effet), mais que c’est au niveau de l’application que le problème se pose.

De nombreuses entreprises n’intègrent pas la sécurité comme préoccupation managériale majeure et les contrôles extérieurs destinés à rappeler à l’ordre les acteurs récalcitrants font cruellement défaut, ouvrant ainsi la voie à un laisser-aller largement perceptible au niveau des chantiers et unités industrielles où les ouvriers ne portent aucun des équipements de sécurité requis et pourtant disponibles. Notons enfin que les exposants ont été nombreux à nous faire part du peu d’importance accordée par les autorités politiques algériennes à ce salon emblématique sensé cristalliser l’état des lieux d’un secteur névralgique. Ils attendaient le ministre de l’Industrie et des Mines à l’inauguration de ce 10e salon pour lui faire part des problèmes dont ils souffrent au quotidien, mais ils n’ont eu droit qu’à la présence d’un directeur central qui n’avait, à l’évidence, pas de pouvoirs de décision.

Nordine Grim / elwatan.com

Aller en haut