Accueil / Finances / 2016, l’année de tous les records pour BMCE Bank Of Africa

2016, l’année de tous les records pour BMCE Bank Of Africa

2016, l’année de tous les records pour BMCE Bank Of Africa

Le top management de BMCE Bank Of Africa a de quoi se réjouir. Les «performances du groupe sont exceptionnelles et historiques en 2016». Pour la première fois dans l’histoire de la banque, le résultat net part de groupe (RNPG) a dépassé la barre des 2 milliards de DH pour atteindre 2,036 milliards, soit une hausse de 4,1% par rapport à 2015. La taille du bilan consolidé a aussi franchi la barre des 300 milliards de DH, pour se situer à un montant record de 306 milliards, en augmentation de 9,5%.

 

De même, un «indicateur pertinent» de création de richesse qu’est le Résultat brut d’exploitation s’est accru à deux chiffres (15%), pour s’élever à 5,6 milliards de DH. Et ce n’est pas tout. Le produit net bancaire consolidé a bondi de 10%, frôlant les 13 milliards de DH. «Dans le contexte économique national et africain plutôt contrasté, les résultats de notre groupe sont tout à fait honorables… Ces performances sont une fierté pour l’ensemble des 14.000 membres de la Communauté humaine du groupe BMCE Bank Of Africa», a déclaré Othman Benjelloun.

Le président du groupe s’exprimait le 30 mars à Casablanca lors de la présentation des résultats annuels. Selon lui, ces bons résultats représentent une «juste rétribution» de la contribution qu’apporte le groupe à la solidité du système bancaire marocain et au-delà, à celle de l’économie marocaine. «Ces performances auraient été plus marquantes encore, n’était-ce des évènements exceptionnels qui ont caractérisé l’exercice 2016», a fait remarqué le PDG. Soulignons que BMCE Bank SA (soit la banque au Maroc) affiche une hausse de 73% à 550 millions de DH de l’impôt sur les sociétés.

Les résultats ont été aussi impactés par une hausse de 12% du coût du risque net consolidé qui se monte à 1,617 milliard. Le stock de provisions a, ainsi, augmenté de 22% à 9,1 milliards de DH à fin 2016. Cette évolution traduit une politique globale de renforcement de la couverture des risques à l’échelle du groupe, principalement dans des pays qui connaissent des contextes difficiles comme le Kenya.

Globalement, la filiale BOA (18 pays) contribue pour 45% au coût du risque, contre 40% pour BMCE Bank SA. Notons que, contrairement à la tendance observée pour les filiales subsahariennes, le coût du risque pour la banque au Maroc a baissé de 14% à 821 millions de DH. Ce qui a, entre autres, aidé à la réalisation d’un résultat net (en social) record de 1,325 milliard de DH (+2%) pour un PNB en hausse de 14% à 6,136 milliards. L’activité de BMCE Bank Of Africa sur le marché marocain (la banque BMCE Bank+ activités filialisées) pèse ainsi 59% dans le RNPG, contre 41% pour l’international, un niveau quasiment stable (l’Afrique y représente 32% contre 9% pour l’Europe).

Sur le plan commercial, la banque au Maroc affiche une hausse de 9,6% des ressources à 134,57 milliards de DH (encours), dont 122,2 milliards pour les dépôts (+8,1%). Les crédits ont, eux, bondi de 9,7% à 118,6 milliards de DH. La part de marché, aussi bien pour les ressources que les crédits, est montée à 14,94%.

Moncef Benhayoun
lematin.ma

Aller en haut