samedi 07 décembre 2019
Accueil / International / 2019: plus gros coup de frein à l’électricité à base de charbon

2019: plus gros coup de frein à l’électricité à base de charbon

2019: plus gros coup de frein à l’électricité à base de charbon

L’électricité produite à base de charbon devrait connaître son plus fort déclin en 2019, estime un rapport : -3%. Un déclin encore insuffisant si l’on veut atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur le climat.

En 2019, les centrales à charbon ont fourni beaucoup moins d’électricité qu’en 2018 : 300 TWH de moins, sur les dix premiers mois de l’année, selon les analystes de Carbon Brief. C’est la troisième baisse en 35 ans, après le coup de frein de 2009, qui avait suivi la crise financière, et la baisse de 2015, due au ralentissement de l’économie chinoise. Mais 2019 enregistre le déclin le plus fort, comme si l’on avait fermé simultanément les centrales à charbon de l’Allemagne, du Royaume-Uni et de l’Espagne.

Déclin le plus marqué aux États-Unis et en Europe

Mais c’est aux États-Unis que l’on enregistre la baisse la plus importante de l’électricité à base de charbon. Malgré le soutien affiché du président américain, 2019 devrait être l’année du record de fermetures de centrales à charbon, 57 à ce jour. Elles sont remplacées par les centrales au gaz, qui est très peu cher aux États-Unis.

En Europe, la production électrique à base de charbon baisse également fortement (-19% sur les six premiers mois, 23% d’ici la fin de l’année, anticipe Carbon Brief). Le relais est pris pour moitié par les énergies éoliennes et solaires et pour moitié par les centrales au gaz. Le prix du quota de CO2, qui a franchi les 20 dollars la tonne en Europe, a servi d’aiguillon. En Corée du Sud et au Japon, c’est la nouvelle montée en puissance du nucléaire qui fait baisser la contribution du charbon à la fabrication de courant.

Inde et Chine utilisent la moitié des capacités de leurs centrales à charbon

Dans les grands pays émergents aussi, l’électricité à base de charbon marque le pas. En Chine où l’on construit pourtant une centrale à charbon toutes les semaines, la moitié des capacités sont inutilisées. Elles servent lors des pics de croissance de la demande électrique, or cette croissance de la demande est faible, à cause du ralentissement économique chinois. Même phénomène en Inde, où l’électricité à base de charbon est en baisse : -19%.

Un recul deux fois plus important est nécessaire

Pourtant le déclin du charbon n’est pas encore assez marqué au niveau mondial pour enrayer le réchauffement climatique. Il faudrait que la production d’électricité à base de charbon baisse non pas de 3% mais de 6% par an jusqu’en 2040, a calculé l’Agence internationale de l’énergie, pour que la planète ne se réchauffe pas de plus de 2 degrés.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut