jeudi 29 octobre 2020
Accueil / International / 2020 : l’année horribilis pour les pays émergents

2020 : l’année horribilis pour les pays émergents

2020 : l’année horribilis pour les pays émergents

Les marchés émergents ont tous plongé au premier trimestre 2020 sous l’effet de l’effondrement de la demande intérieure (conséquence du confinement) et extérieure. La reprise économique dépendra principalement des réponses publiques et de l’état de la Santé publique, estime S&P dans un rapport du 11 mai 2020. Les mesures de confinement ont mis à terre les secteurs de la construction résidentielle, de l’immobilier, des produits de consommation et des services publics. L’augmentation des prêts non performants est à craindre, ce qui fragilisera le secteur bancaire et financier.

D’autre part, poursuit S&P, le choc Covid-19 a affaibli les signatures souveraines. Ainsi, l’Argentine et l’Afrique du Sud ont vu leurs notations souveraines dégradées en avril 2020. En tout, S&P a procédé à 21 déclassements et aucune réévaluation positive sur la période.

Toutefois, précise l’agence de notation, la volatilité des conditions de financement a diminué par rapport aux niveaux record de mars grâce à l’importante stimulation monétaire des économies développées, qui a permis aux banques centrales des pays émergents de baisser les taux d’intérêt et, dans certains cas, même de se lancer dans des mesures non traditionnelles.

En plus des baisses de taux, plusieurs banques centrales ont introduit des achats d’obligations au marchés secondaires, comme le Brésil, le Chili, la Colombie, l’Indonésie, la Pologne, l’Afrique du Sud et la Turquie. Mais la relance budgétaire dans les pays émergents a généralement plus modeste que dans les marchés en développement (DM).

De plus, les autorités des pays émergents ont assoupli la réglementation bancaire pour soutenir les flux de crédit, ainsi que les reports de paiement pour alléger la pression sur les emprunteurs. La taille médiane des réductions de taux cumulées dans les principaux pays émergents cette année est de 100 points de base. La Turquie et l’Afrique du Sud se démarquent avec 325 bps et 225 bps en détente. Les banques centrales de certains pays (Chili, Colombie, Chine, Inde, Pologne, Afrique du Sud et Turquie) ont adopté des taux d’intérêt en territoire négatif.

financialafrik

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut