Accueil / Auto & Transports / 7 pays africains verront leur nombre de passagers aériens bondir de 7 à 8% …

7 pays africains verront leur nombre de passagers aériens bondir de 7 à 8% …

7 pays africains verront leur nombre de passagers aériens bondir de 7 à 8% …

7 pays africains verront leur nombre de passagers aériens bondir de 7 à 8% par an jusqu’en 2034

Le Malawi, le Rwanda, la Sierra Leone, la République centrafricaine, la Tanzanie, l’Ouganda et l’Ethiopie figurent parmi les dix pays qui enregistreront les plus fortes croissances annuelles en pourcentage de leur nombre de passagers aériens d’ici 2034, selon des prévissions relatives au trafic aérien à l’échelle mondial publiées le 26 novembre par l’Association internationale du transport aérien (IATA).

Les trois autres pays qui enregistreront les plus fortes croissances sont la Serbie, la Papouasie Nouvelle-Guinée et le Vietnam. Chacun de ces dix marchés verra son nombre de passagers aériens bondir de 7 à 8% en moyenne par an durant les vingt prochaines années.

L’IATA a également annoncé s’attendre à ce que le nombre annuel de passagers aériens double d’ici 2034. «Le nombre de passagers devrait atteindre 7 milliards d’ici 2034 avec une croissance annuelle moyenne de la demande de 3,8%», a précisé l’organisation basée à Genève. «C’est exactement le double des 3,5 milliards attendus en 2015», a-t-elle ajouté.

L’IATA a ainsi revu à la baisse ses prévisions pour le trafic aérien, après une première estimation à 7,4 milliards le nombre de passagers aériens en 2034 (pour une croissance annuelle moyenne de 4,1%). Cette révision à la baisse des prévisions trouve son origine dans le ralentissement de la croissance chinoise.

En dépit de la baisse de régime de son économie, la Chine devrait devenir en 2029 le pays comptant le plus grand nombre de passagers aériens devant les Etats-Unis.

Dans vingt ans, le transport aérien devrait contribuer à soutenir 105 millions d’emplois dans le monde contre 58 millions actuellement, et représenter 6000 milliards de dollars (2400 milliards actuellement).

agenceecofin.com

Aller en haut