Accueil / Développement / 91% des PDG d’Afrique confiants malgré les incertitudes, selon PwC

91% des PDG d’Afrique confiants malgré les incertitudes, selon PwC

91% des PDG d’Afrique confiants malgré les incertitudes, selon PwC

En marge du Forum économique et mondial sur l’Afrique qui s’est ouvert hier à Durban, PwC a révélé les données d’un sondage sur la confiance des PDG d’Afrique quant à l’avenir de leurs affaires dans le contexte d’incertitude économique actuelle. Et la majorité écrasante des patrons sur le continent affichent leur optimisme.

Pas de panique à bord ! En dépit de l’incertitude qui règne actuellement sur l’économie africaine, les Présidents directeurs généraux (PDG) en Afrique ne craignent pas pour l’avenir de leur business. Au contraire, 91% d’entre eux se disent confiants quant aux perspectives de croissance de leurs propres entreprises. C’est ce que révèle un sondage réalisé par le cabinet international d’audit et de conseil PricewaterhouseCoopers (PwC) et révélé par Hein Boegman, PDG de PwC Africa, lors d’une conférence sur les défis et opportunités des PDG d’Afrique, organisée en marge du Forum économique mondial sur l’Afrique qui s’est ouvert hier, mercredi 3 mai, à Durban (Afrique du Sud).

« C’est le plus haut niveau de confiance depuis que nous avons commencé notre recherche sur les PDG en Afrique en 2012 », a déclaré Hein Boegman, PDG de PwC Africa.

Les raisons d’un tel optimisme : la saisie des opportunités offertes par l’incertitude régnante dans les économies africaines. En effet, selon PwC, les PDG mènent leurs business en abordant les difficultés de façon à bénéficier des brèches ouvertes par celles-ci. Ce qui leur permet de tirer tant bien que mal leur épingle du jeu. Toutefois, les patrons du continent ne peuvent s’empêcher de songer aux effets négatifs que pourraient avoir sur leurs affaires un fléchissement important de la croissance économique ou une détérioration de l’environnement politiques des pays dans lesquels ils sont implantés.

« Les retours du doing business sur le continent sont élevés, mais les risques aussi », explique M. Boegman.

D’après le PDG de PwC Africa, le contexte dans lequel les entreprises évoluent actuellement est « difficile », avec notamment les nombreux défis auxquels sont confrontés les patrons. Ces derniers touchent essentiellement les infrastructures, la pêche des bons talents et leur conservation au sein des entreprises, la capacité à faire face aux obstacles que peuvent parfois s’ériger lors d’une collaboration avec les gouvernements, ou encore l’adaptation aux plans de croissance de ceux-ci à travers le continent, surtout pour les entreprises actives dans plusieurs pays.

L’adaptation rapide au changement, une nécessité

Dans un contexte où certains Etats traversent des situations politiques parfois difficiles, PwC estiment que les chefs d’entreprises devront travailler en étant aux aguets des différentes mesures qui pourront être prises afin de sauver leurs business et continuer de saisir des opportunités qui se profilent même dans un environnement incertain. Pour le PDG de PwC Afrique du Sud, Dion Shango, qui évoqué l’exemple de son pays, les patrons à travers le continent ne devraient plus se satisfaire à porter au mieux leurs entreprises dans un environnement complexe.

« Ils devront s’adapter rapidement au changement », prévient-il comme pour dire que leur prospérité dépendra de cette aptitude.

La croissance économique en Afrique est en effet en perte de vitesse ces dernières années, excepté quelques exceptions notamment la Côte d’Ivoire ou l’Ethiopie, pour ne citer que celles-là. Après une année 2016 qui a vu certaines être considérablement fragilisées notamment les pays pétroliers (où la croissance a parfois fléchi jusqu’à 1% comme au Nigéria) ou encore en Afrique du Sud ou au Zimbabwe, l’année 2017, à en croire le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, devrait redonner les couleurs aux indicateurs.

A ce moment, les entreprises misent sur leurs assises pour résister aux chocs et poursuivre leur ascension. Et de l’avis de Hein Boegman, « stratégie et excellence opérationnelle sans faille » devront être les alliés de choix de tous les patrons d’Afrique qui voudront percer.

Ristel Tchounand
La Tribune Afrique

Aller en haut