Accueil / Développement / A Casablanca, les femmes journalistes d’Afrique en concave sur les migrations africaines

A Casablanca, les femmes journalistes d’Afrique en concave sur les migrations africaines

A Casablanca, les femmes journalistes d’Afrique en concave sur les migrations africaines

La deuxième édition des Panafricaines, un Forum des femmes journalistes d’Afrique s’est ouverte ce vendredi à Casablanca en présence du ministre des Affaires Étrangères et la Coopération Internationale du Maroc, Nasser Bourita.

Initiées par le groupe 2M Maroc, les assises regroupent plus de 200 journalistes femmes venues des quatre coins du continent pour échanger durant deux jours sur le thème « Migrations africaines, une chance pour le continent, une responsabilité pour les medias ». Elle précède la conférence mondiale sur la migration prévue en décembre prochain au Maroc pour l’adoption du pacte mondial sur les migrations.

Présidant la cérémonie d’ouverture, le chef de la diplomatie marocaine a appelé « les medias du continent à maitriser l’image du continent particulièrement celle relative au phénomène migratoire, tout en soulignant le rôle et l’influence face aux stéréotypes véhiculés »

Selon le diplomate, « la perception externe peut parfois représenter une image biaisée de l’Afrique à l’instar de la question migratoire ». Le ministre a également fait savoir que « 88%  de la migration africaine demeure à l’intérieur du continent, et 13%  des migrations  vers l’Europe sont d’origine africaine ».

Au rang des activités, les participantes vont se pencher sur différents thèmes dont le traitement journalistique des questions migratoires, et les migrations intra-africaines comme une chance pour le développement. L’objectif étant de mobiliser les médias africains pour la stimulation des débats publics autour des questions de migration,  de contribuer à corriger l’image du migrant aux yeux des opinions publics que ce soit en Afrique ou dans le reste du monde.

En rappel, la première édition avait réuni à Marrakech,  le 08 mars 2017,  en marge de la journée mondiale de la femme, plus de 100 participantes de 23 pays  d’Afrique.

Ndeye Magatte Kebe

financialafrik

Aller en haut