Accueil / Mines & Energies / Accusations de corruption au ministère des Hydrocarbures au Congo-Brazzaville

Accusations de corruption au ministère des Hydrocarbures au Congo-Brazzaville

Accusations de corruption au ministère des Hydrocarbures au Congo-Brazzaville

Au Congo-Brazzaville, la Commission nationale de lutte contre la corruption a indexé dans un rapport publié mardi le ministre des Hydrocarbures dans le détourtement des fonds destinés à la construction du siège de l’Organisation des pays africains producteurs de pétrole. Le président de cette commission, Lamyr Nguele, a appelé la justice à ouvrir des poursuites judiciaires à ce sujet.

La commission de lutte contre la corruption que dirige un ancien ministre n’est pas allée par quatre-chemins pour dénoncer le détournement de quelque 700 millions de francs CFA, destinés à la construction à Brazzaville du siège de l’Organisation des pays africains producteurs de pétrole. Et l’actuel ministre des Hydrocarbures, Jean-Marc Tystère Tchicaya, a été épinglé.

“Le ministre a été le donneur d’ordre. Cela veut dire que le ministre a été coupable au même titre que son directeur de cabinet et son conseiller aux finances. Le ministre est coupable, il a donné l’ordre et les gens ont exécuté. Maintenant, ces gens-là ne sont pas jugés. Notre rôle, ce n’est pas de juger. Nous faisons le travail en amont, après on est dessaisi du dossier”, a expliqué le président de la Commission, Lamyr Nguele.

Mais depuis que la commission publie ses rapports, le parquet de Brazzaville n’a pas encore ouvertement lancé de poursuites judiciaires.

>>Lire le reste de l’article sur voaafrique.com

Aller en haut