Accueil / Développement / Achat de Darty : la Fnac “étudie sa position” après la dernière offre de Conforama

Achat de Darty : la Fnac “étudie sa position” après la dernière offre de Conforama

Achat de Darty : la Fnac “étudie sa position” après la dernière offre de Conforama

La balle dans le camp de la Fnac. Après que Conforama a réhaussé son offre sur Darty à 160 pence, dernière d’une série de surenchères, le distributeur d’électroménager est valorisé plus de 1 milliard d’euros. La Fnac dit “étudier sa position”.

La bataille boursière autour de Darty s’est muée jeudi 21 avril en une guerre de surenchères. La dernière proposition en date, émanant de Conforama, filiale du groupe sur-africain Steinhoff, a proposé 160 pence par action pour acheter Darty, valorisant le vendeur de produits électroménagers 860 millions de livres, soit 1,09 milliard d’euros.

Cela pourrait continuer à grimper. En effet, ce vendredi, au lendemain de cette folle journée, le distributeur de biens culturels et électroniques a fait savoir aux actionnaires qu’il :

“étudie actuellement sa position et recommande vivement aux actionnaires de Darty de ne prendre aucune décision concernant leurs actions.”

Conforama proposait 138 pence par action

Une annonce effectuée après deux jours d’offres et de contre-offres. Le mercredi 20 avril, Conforama relance les hostilités, en annonçant un relèvement de 10% de sa propre OPA sur Darty, à 138 pence par action, soit 742 millions de livres ou 943 millions d’euros. Il dit avoir en outre acquis un peu plus de 19% du capital émis par Darty.

Le lendemain matin, le groupe dirigé par Alexandre Bompard réplique en offrant 145 pence par action, valorisant ainsi Darty à 779 millions de livres, soit près d’un milliard d’euros. Puis Conforama rétorque avec une offre à 1,02 milliard d’euros, à la laquelle la Fnac répond avec une proposition à 1,04 milliard d’euros. Celle-ci s’accompagne d’un achat d’actions, à hauteur de 7,33% du capital de Darty.

Conforama conclu la journée avec une offre à 160 pence qui valorise le groupe d’électroménager 1,09 millliard d’euros.

Désormais, la balle se trouve dans le camp de la Fnac qui a accueilli une semaine plus tôt Vivendi dans son propre capital. Un nouvel actionnaire qui a apporté de l’argent frais pour soutenir le projet d’acquisition du distributeur de produits électroménagers.

latribune.fr

Aller en haut