Accueil / Mines & Energies / Afrique du Sud : Brian Molefe déçu par les énergies renouvelables

Afrique du Sud : Brian Molefe déçu par les énergies renouvelables

Afrique du Sud : Brian Molefe déçu par les énergies renouvelables

En Afrique du Sud, Brian Molefe (photo) le directeur de l’Eskom, la compagnie en charge de l’énergie électrique, s’est dit déçu par les énergies renouvelables qui n’ont pas été très utiles à la société pour sa sortie de crise. Selon le dirigeant, les technologies d’énergies renouvelables ont échoué à fournir de l’énergie au réseau électrique quand celui-ci était le plus dans le besoin.

Ces énergies, a-t-il déclaré, sont disponibles entre 9 heures et 15 heures, des heures auxquelles la demande est relativement basse. Les centrales solaires ne produisent de l’énergie que lorsque le temps est ensoleillé, ce qui les rend inaptes lors des soirées d’hiver où le besoin d’électricité est très élevé. De même, les centrales éoliennes ne fonctionnement de manière optimale que les matins et à des heures avancées de la nuit, lorsque l’Eskom dispose déjà d’excédent énergétique.

M. Molefe a également dénoncé le fait que sa compagnie ait été obligée d’acquérir de l’énergie auprès des centrales d’énergie renouvelables à un coût plus élevé que celui de ses propres centrales. De plus, ces contrats ont été conclus pour 20 ans, au terme desquels les centrales seraient transférées à l’Eskom.

Le dirigeant a déclaré que les technologies d’énergies renouvelables s’amélioreraient, d’ici 10 ans, lorsque de nouvelles technologies de stockage de l’énergie produite seront développées. Réaffirmant l’engagement de sa société à participer au développement de ce type d’énergies, il a affirmé qu’un budget de 646 millions $ avait été alloué aux recherches dans le secteur des énergies renouvelables. « Actuellement, il existe un décalage entre ce qui est supposé être réalisé et la réalité.», a-t-il conclu.

L’organisation non gouvernementale Greenpeace s’est insurgée contre les déclarations de Brian Molefe, dans un communiqué de presse. « Greenpeace condamne vigoureusement la propagande anti-énergies renouvelables menée par l’Eskom, dans un contexte où ces énergies ont ajouté plus de 1 800 MW aux capacités installées, en seulement deux ans et demi (environ 4% de la capacité nationale).», a déclaré l’organisation.

Gwladys Johnson
agenceecofin.com

Aller en haut