Accueil / Finances / Afrique du Sud: Capitec a siphonné les clients Barclays Africa grâce à des faibles commissions bancaires

Afrique du Sud: Capitec a siphonné les clients Barclays Africa grâce à des faibles commissions bancaires

Afrique du Sud: Capitec a siphonné les clients Barclays Africa grâce à des faibles commissions bancaires

La banque sud-africaine spécialisée dans les prêts non sécurisés Capitec Holdings Ltd a annoncé avoir attiré des centaines de milliers d’anciens clients de Barclays Africa, alléchés par les faibles commissions bancaires qu’elle offre dans un contexte de ralentissement économique. «Au cours des deux dernières années, nous avons gagné la majorité de nos nouveaux clients aux dépens de Barclays Africa», a déclaré le directeur général de l’établissement, Gerrie Fourie, à l’agence Bloomberg le 24 mars.

M. Fourie a également fait savoir que son établissement attire en moyenne environ 60 000 nouveaux clients chaque mois, dont 10 à 15% seulement accèdent aux services bancaires pour la première fois. Selon lui, Capitec a aussi attiré de nombreux clients aux dépens de FirstRand Ltd.

Capitec applique des frais de tenue de compte de 5 rands (0,42 dollar) seulement par mois, un montant défiant toute concurrence et qui constitue une aubaine pour les consommateurs sud-africains confrontés à la hausse du chômage et des taux d’intérêts ainsi qu’à l’augmentation des impôts et des prix du carburant.

Capitec, qui est actuellement la sixième plus importante banque de la nation arc-en-ciel, a connu une croissance rapide ces dernières années en se positionnant sur le segment des prêts à court terme accordés à des emprunteurs à faible revenu qui étaient jusque-là mal desservis par les principaux établissements du crédit du pays. Ce positionnement a été cependant à l’origine de la dégradation de la note de cet établissement de «D+» à «D», par l’agence Moody’s en août 2014.

Moody’s avait alors expliqué cette décision, contestée par la banque centrale sud-africaine, par la forte exposition de Capitec au risque du crédit à la consommation.

En Afrique du Sud, les préoccupations au sujet des prêts à la consommation se sont accrues depuis la faillite d’African Bank début août dernier.

agenceecofin.com

Aller en haut