Accueil / Mines & Energies / Afrique du Sud : CoAL emprunte 240 millions de rands pour faire avancer son projet Makhado

Afrique du Sud : CoAL emprunte 240 millions de rands pour faire avancer son projet Makhado

Afrique du Sud : CoAL emprunte 240 millions de rands pour faire avancer son projet Makhado

La compagnie minière Coal of Africa Ltd (CoAL) a obtenu un financement de 240 millions de rands (17,3 millions de dollars) pour son projet phare de charbon Makhado, en Afrique du Sud. C’est ce que rapporte la société qui déclare avoir conclu un accord de prêt avec Industrial Development Corporation (IDC), qui allouera les fonds à Baobab Mining, filiale de CoAL, détenant les droits du projet.

A LIRE AUSSI...
Selon les termes de l’accord, les fonds seront avancés à Baobab en deux tranches égales de 120 millions de rands (8,7 millions de dollars) sur demande écrite de la société. Au troisième anniversaire de chaque prêt, Baobab Mining devra rembourser le montant avancé à IDC, en plus du montant équivalent au taux de rentabilité interne après taxe sur des revenus, soit 16% du montant emprunté. Les paiements pourront être effectués avant les dates fixées. Si Baobab n’arrive pas à les assurer, les termes de l’accord prévoient également que CoAL s’en porte garant.

En outre, IDC pourra acquérir avant chaque prêt, 5% du capital-actions de Baobab, qui sera déduit à chaque fois de l’actionnariat de CoAL qui restera toutefois l’actionnaire majoritaire de la compagnie.

« Alors que les accords finaux sont maintenant signés, il faut souligner que la transaction avec IDC a été conclue en décembre 2016, et reflétait la position de la société à ce moment-là. Le financement des activités d’avant-projet à Makhado est le bienvenu comme nous progressons vers le démarrage de la construction.», a expliqué le PDG de CoAL, David Brown.

CoAL, qui vient d’ajouter à son portefeuille le projet de charbon Uitkomst, opère déjà en Afrique du Sud sur les projets Vele Colliery et Makhado, entre autres. Les travaux de construction à Makhado sont prévus pour durer 26 mois, avec quatre mois supplémentaires pour le démarrage de la production, à un taux de 5,5 millions de tonnes de charbon par an.

Louis-Nino Kansoun
agence ecofin

Aller en haut