Accueil / Mines & Energies / Afrique du Sud : Jacob Zuma inaugure une super-centrale à charbon

Afrique du Sud : Jacob Zuma inaugure une super-centrale à charbon

Afrique du Sud : Jacob Zuma inaugure une super-centrale à charbon

Le président sud-africain Jacob Zuma a inauguré dimanche la première unité d’une super-centrale à charbon à Medupi (nord) qui devrait permettre à l’Afrique du Sud de soulager son réseau électrique afin de minimiser les régulières coupures de courant qui affectent son économie.

“Aujourd’hui nous ouvrons un excitant nouveau chapitre dans l’histoire de la production d’énergie de notre pays”, a déclaré Jacob Zuma après avoir dévoilé une plaque inaugurant la centrale.

L’inauguration de cette centrale, située à 350 km au nord-ouest de Johannesburg, intervient “au moment le plus opportun” pour l’Afrique du Sud car les “pénuries d’énergie constituent un sérieux frein à la croissance économique”, a ajouté le chef de l’Etat.

Medupi, dont la construction a démarré en 2007 et qui devait être livrée cinq ans plus tard ne tournera à plein régime (4.800 MW) qu’en 2019 selon le gouvernement pour devenir la plus grande centrale à charbon du pays.

Cette première unité qui a produit ses premiers kilowatts-heure en mars devrait délivrer 794MW d’électricité et ainsi réduire la pression sur le réseau sud-africain qui a atteint la limite extrême de ses capacités et dont la plupart des centrales sont vétustes.

Une autre super-centrale à charbon est en construction, à Kusile à l’est de Johannesburg, d’une capacité de production similaire à celle de Medupi, mais le chantier est également très en retard.

“Il serait prématuré de dire que cette inauguration signe la fin des délestages. Dès lundi, une unité de la centrale de Koeberg (sud) va être arrêtée pour maintenance pendant trois mois, soit 900 MW en moins”, nuance Chris Yelland, spécialiste des questions d’énergie, contacté par l’AFP.

La compagnie nationale d’électricité Eskom est en grande difficulté financière depuis plusieurs mois et impose des coupures de courant récurrentes qui minent la croissance touchant particulièrement les secteurs miniers et manufacturiers.

En mai, l’agence nationale des statistiques avait estimé que ces coupures de courant étaient l’une des principales causes des mauvais chiffres de la croissance sud-africaine qui s’est contractée de 1,3% au deuxième trimestre.

L’essentiel du parc actuel de centrales électriques d’Eskom, qui livre 95% de l’électricité au pays, tourne au charbon, à l’exception de la centrale nucléaire de Koeberg (sud-ouest).

Le gouvernement veut également s’équiper de six à huit nouveaux réacteurs nucléaires (9.600 MW) et l’appel d’offres devrait avoir lieu dans les prochains mois.

AFP/connaissancedesenergies.org

Aller en haut