Accueil / Tic & Telecoms / Afrique du Sud : MTN, victime collatérale de la crise entre les Etats-Unis et l’Iran ?

Afrique du Sud : MTN, victime collatérale de la crise entre les Etats-Unis et l’Iran ?

Afrique du Sud : MTN, victime collatérale de la crise entre les Etats-Unis et l’Iran ?
Les retombées du retrait de Washington de l’accord sur le nucléaire avec l’Iran ne se limitent plus au Proche et Moyen-Orient. Elles touchent désormais des opérateurs africains, comme le sud-africain MTN qui risquerait d’avoir du mal à rapatrier quelque 200 millions d’euros de sa filiale iranienne.

L’opérateur téléphonique sud-africain MTN vient de déclarer qu’il devra redoubler d’efforts pour rapatrier quelque 200 millions d’euros (237 millions de dollars) de sa filiale iranienne. Le rétablissement des sanctions économiques sur l’Iran par le président Donald Trump devra se traduire par une limitation des capacités de l’opérateur à rapatrier des liquidités de MTN Irancell et pourrait par ricochet faire baisser les actions du groupe.

L’Iran deuxième marché pour MTN

«Nous continuerons à surveiller la situation, y compris la réponse des autorités iraniennes et des autres membres du Plan d’action complet conjoint», a déclaré le management de MTN dans un communiqué. L’Iran est pour rappel le deuxième marché de MTN avec 43 millions de clients comptabilisés à la fin de 2017, soit deux ans après son implantation dans le pays.

En 2018, le groupe sud-africain a rapatrié 88 millions d’euros, dont 61 millions pour le compte des dividendes de l’exercice 2017. Le management de l’opérateur avait précisé en mars dernier que les derniers fonds seraient reçus avant septembre prochain. Mercredi 9 mai, les actions de MTN enregistraient une chute de 4% (-2,7% à 121,5 rands à l’ouverture de la séance au JSE), en raison des craintes sur le sort des fonds iraniens.

MTN avait rapatrié en 2016 quelque 893 millions d’euros d’Iran profitant de la levée des sanctions économiques suite à l’accord de 2015. Le chiffre d’affaires de MTN Irancell avait augmenté de 12,8% en 2016, porté notamment par la progression record de 58,8% du chiffre d’affaires de la Data, grâce à l’optimisation des offres de données, à la modernisation des sites 2G et 3G et le renforcement du réseau LTE.

Les investissements engagés en 2016 menacés

La filiale iranienne de MTN a lors de la même année réussie à coopter 26,1 millions d’utilisateurs de smartphones, permettant au passage aux revenus de la Data de contribuer à hauteur de 42% au chiffre d’affaires total, face à une contribution de 37% du segment Voix. Des résultats qui avaient poussé le management de MTN à s’engager dans l’extension de ses services en Iran, notamment les contenus numériques et l’installation de la fibre optique. Ce dernier projet devait mobiliser une enveloppe de 750 millions de dollars.

Reste à savoir si le retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien mettra un terme aux investissements programmés par MTN en Iran, notamment l’enveloppe de 300 millions de dollars en capitaux propres que l’opérateur devait investir pour l’entrée dans le capital d’Iranian Net, fournisseur de haut débit fixe. Cet investissement devait s’accompagner d’un prêt de 450 millions de dollars à la même société. Un package qui répondait à une condition imposée par Téhéran pour permettre à MTN d’accéder au marché de l’Internet fixe.

afrique.latribune

Aller en haut