Accueil / Mines & Energies / Afrique du Sud : Siemens envisage d’agrandir son portefeuille de centrales à gaz de 3 000 MW

Afrique du Sud : Siemens envisage d’agrandir son portefeuille de centrales à gaz de 3 000 MW

Afrique du Sud : Siemens envisage d’agrandir son portefeuille de centrales à gaz de 3 000 MW

Le développeur énergéticien allemand Siemens pourrait se proposer pour construire des centrales à gaz d’une capacité globale de 3 000 MW en Afrique du Sud. Les infrastructures, dont le coût a été estimé à environ 3,7 milliards $, seront implantées aux alentours des deux ports de la partie est du pays et fonctionneront grâce au gaz naturel liquéfié.

« Le processus est en marche », a déclaré à ce propos Sabine Dall’Omo, la directrice exécutive de Siemens Afrique du Sud, avant d’affirmer que « l’Afrique du Sud est prête à accueillir des investissements directs étrangers ».

Selon le plan de l’entreprise parvenu au gouvernement, le gaz devant produire l’électricité sera importé. Cette opération sera d’ailleurs l’un des éléments financiers les plus complexes à mettre en place en raison de la dépendance du prix du combustible par rapport au dollar.

En cas d’acceptation de l’offre de l’entreprise, l’énergie générée sera cédée à l’Eskom dans le cadre d’un accord de rachat d’électricité s’étendant sur 20 ans. A ce propos, Dall’Omo a affirmé que son entreprise demanderait une certaine clarté quant au rôle de l’Eskom dans le processus.

La compagnie, qui fournit la quasi-totalité de l’énergie consommée dans le pays, a en effet annoncé en juin que certaines questions devraient être réglées quant au rachat de l’énergie auprès des producteurs indépendants. Un mois plus tard, elle a refusé de signer avec un développeur de centrales solaires un contrat de rachat qui avait été approuvé par le gouvernement.

Si Siemens obtient l’adhésion du pays à son projet, elle pourra ainsi augmenter son portefeuille de centrales à gaz sud-africain. La compagnie avait déjà construit les centrales à gaz d’Ankerlig (1 327 MW) et de Gourika (740 MW).

Cette proposition entre dans le cadre du programme du gouvernement qui compte installer 3 726 MW de centrale à gaz afin de diversifier ses sources d’énergie. Les entreprises pré-qualifiées parmi celles ayant manifesté un intérêt pour le programme seront connues d’ici février 2017 et pourront déposer leur offre définitive en août.

Gwladys Johnson / agence ecofin

Aller en haut