samedi 19 septembre 2020
Accueil / Développement / Afrique : un accord de libre-échange pour dynamiser le continent

Afrique : un accord de libre-échange pour dynamiser le continent

Afrique : un accord de libre-échange pour dynamiser le continent

Alors que le coronavirus devrait ralentir les économies africaines cette année, la zone de libre-échange pourrait enrichir le continent sur le plus long terme.

Prometteuse. La zone de libre-échange continentale africaine , entrée en vigueur l’année dernière, pourrait sérieusement renforcer les liens économiques du continent, selon un nouveau rapport de la Banque mondiale. Dans un scénario optimiste, le pacte de libre-échange pourrait sortir 30 millions de personnes de l’extrême pauvreté, 68 millions de la pauvreté modérée et accroître les revenus de la région de 450 milliards de dollars d’ici à 2035. Ces projections sont conditionnées à l’accompagnement de réformes politiques importantes et de mesures de facilitation du commerce.

Le pacte de libre-échange a connu un faux départ , étant supposé débuter au 1er juillet mais retardé à cause de la crise sanitaire. Vingt-huit nations ont déjà ratifié l’accord, sur les cinquante-quatre pays qui feront partie de la zone. Seule l’Erythrée n’a pas rejoint l’alliance. A terme, la région pourrait devenir la plus grande zone de libre-échange au monde par sa superficie, composé d’1,2 milliard de consommateurs potentiels.

Réformes à prévoir

Près de 300 milliards de dollars de gains pourraient provenir uniquement des réformes commerciales. En effet, la diminution des coûts de mise en conformité, la réduction des formalités administratives et la facilitation de l’intégration des entreprises africaines dans les chaînes d’approvisionnement mondiales joueront un grand rôle. Les droits de douane sur 90 % des marchandises devraient également être supprimés.

Par conséquent, les pays où les coûts commerciaux sont élevés seront les grands gagnants de la zone. La Côte d’Ivoire et le Zimbabwe, par exemple, connaîtraient à l’échéance 2035 une augmentation des revenus de 14 %, selon l’institution. Le commerce intracontinental augmenterait de 81 %, tandis que les expéditions vers les pays non-africains augmenteraient de 19 %.

Le but de la zone est évident : favoriser le commerce intérieur, qui ne représente que 15 % du total en Afrique, contre 58 % en Asie et plus de 70 % en Europe. Indirectement, ces mesures encourageront des investissements conséquents à l’échelle du continent.

Vision à long terme

La réduction des droits de douanes abaisserait les recettes fiscales de moins de 1,5 % dans tous les pays de la zone à court terme, avant que celles-ci ne reviennent à leur niveau actuel, voire augmentent. Cet accord est une aubaine pour le continent, puisqu’il pourrait contribuer à compenser l’impact négatif du coronavirus sur le commerce régional, a déclaré la banque. Entre 37 et 79 milliards de dollars en production pourraient être perdus à cause de l’épidémie cette année.

« En remplaçant la mosaïque d’accords régionaux, en rationalisant les procédures aux frontières et en donnant la priorité aux réformes commerciales, l’AfCFTA pourrait aider les pays à accroître leur résilience face aux futurs chocs économiques », a souligné la banque.

lesechos

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut