Accueil / Agro / Agrobusiness en Côte d’Ivoire : le gouvernement prêt à rembourser les souscripteurs lésés

Agrobusiness en Côte d’Ivoire : le gouvernement prêt à rembourser les souscripteurs lésés

Agrobusiness en Côte d’Ivoire : le gouvernement prêt à rembourser les souscripteurs lésés

Alors que les petits investisseurs lésés de l’agrobusiness restent très mobilisés, le gouvernement s’est dit prêt à les rembourser d’ici la fin du mois de février. Pas moins de 66 milliards de francs CFA (100,6 millions d’euros) auraient été investis par 37 000 souscripteurs.

A LIRE AUSSI...
« Le gouvernement est prêt à rembourser sur la base du capital investi et des soldes disponibles sur les comptes des sociétés », a déclaré le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Bruno Koné, au terme du conseil des ministres mercredi 15 février.

« Reste à se mettre d’accord sur qui à droit à ces remboursements », a-t-il encore ajouté, précisant qu’une liste de bénéficiaires était en cours d’élaboration après un croisement entre les fichiers des entreprises d’agrobusiness et ceux détenus par les banques.

Appel à un rassemblement samedi

Une déclaration destinée à calmer les esprits, alors qu’un appel à un rassemblement samedi 18 février à Abidjan a été lancé par certaines associations de souscripteurs lésés, qui espèrent toujours obtenir le dégel des comptes des sociétés soupçonnées d’escroquerie et le paiement de leurs retours sur investissement (RSI).

« Nous ne sommes pas satisfaits et nous maintenons l’appel au rassemblement samedi », a rapidement réagi Kouamé Jules Aka, secrétaire général adjoint du Syndicat des investisseurs indépendants de l’Agrobusiness (Siiabci), contacté à la suite du conseil des ministres.

« Nous ne sommes pas d’accord car certains souscripteurs sont exclus des modalités de remboursement proposées par l’État, mais aussi car nous ne sommes pas certains d’obtenir le remboursement intégral des capitaux investis », renchérit Guy Roland Nahounou, secrétaire d’organisation du Siiabci, affirmant « ne pas fermer la porte aux discussions avec le gouvernement ».

>>Lire l’article complet sur jeuneafrique

Aller en haut