Accueil / Finances / Aide au développement : Les chiffres de 2013 sont connus

Aide au développement : Les chiffres de 2013 sont connus

Aide au développement : Les chiffres de 2013 sont connus
OECD_1

L’aide aux pays en développement a progressé de 6,1% en 2013 pour atteindre son plus haut niveau historique, selon les résultats d’une enquête publiés ce mardi 8 avril à Paris par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Voici les principaux chiffres de l’aide au développement en 2013 :
— Les apports nets d’aide publique au développement se sont élevés à 134,8 milliards de dollars (USD) au total, ce qui constitue un rebond après deux années de baisse des volumes.
— Sur les 28 pays membres du comité d’aide au développement de l’OCDE, 17 ont augmenté leurs apports d’aide, et 11 les ont réduits. Les plus fortes hausses ont enregistrées en Islande, en Italie, au Japon, en Norvège et au Royaume-Uni. Elle a reculé dans 11 pays, le Canada, la France et le Portugal affichant les replis les plus marqués.
— Les donneurs les plus généreux, en volume, ont été les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Japon et la France.
— L’aide publique au développement nette des pays membres du comité d’aide au développement de l’OCDE a représenté 0,3% de leur revenu national brut (RNB). Cinq pays (Danemark, Luxembourg, Norvège, Suède et Royaume-Uni) ont respecté l’objectif défini de longue date par les Nations Unies visant à consacrer 0,7% de leur revenu national brut à l’aide publique au développement. Le Royaume-Uni a accru son aide publique au développement de 27,8%, ce qui lui a permis d’atteindre pour la première fois l’objectif de 0,7%. Les Pays-Bas n’ont pas respecté cet objectif pour la première fois depuis 1974.
— Les pays du G7 ont contribué à l’aide publique au développement consentie par les membres du comité d’aide au développement de l’OCDE à hauteur de 70% et les pays membres de l’Union européenne à hauteur de 52%.
— S’agissant de l’aide publique au développement bilatérale nette, les versements ne revêtant pas la forme de dons (y compris les prises de participation) ont progressé de 33% en termes réels par rapport à 2012. Les dons totaux ont crû de 7,7% en termes réels, mais hors remises de dette, ce chiffre s’établit à 3,5%. L’aide bilatérale nette destinée aux projets de développement proprement dits (hors allégements de dette et aide humanitaire) a augmenté de 2,3% en termes réels.
— L’aide bilatérale nette allouée à l’Afrique subsaharienne s’est élevée à 26,2 milliards USD, soit un repli de 4% en termes réels par rapport à 2012. L’aide au continent africain a été ramenée à 28,9 milliards USD, soit une baisse de 5,6%. Si l’on exclut les allégements de dette, qui étaient élevés en 2012 en raison du soutien apporté à la Côte d’Ivoire, l’aide nette en termes réels a progressé de 1,2% pour l’Afrique subsaharienne, mais a reculé de 0,9% pour l’ensemble du continent.
— L’aide publique au développement bilatérale nette destinée aux pays les moins avancés a été portée à environ 30 milliards USD, soit une hausse de 12.3 % en termes réels. Ce chiffre tient toutefois compte d’un allégement de dette exceptionnel consenti au Myanmar en 2013.
Source : OCDE. Données officielles de l’Organisation de coopération et de développement économiques.
Aller en haut