jeudi 19 septembre 2019
Accueil / Bourse / Air France dévisse en Bourse

Air France dévisse en Bourse

Air France dévisse en Bourse

Le titre du groupe dirigé par Ben Smith plonge de 8 % ce lundi matin à la Bourse de Paris après avoir publié les chiffres de son trafic pour le mois d’août. Air France est en outre l’un des repreneurs potentiels d’Aigle Azur. L’ensemble du secteur aérien est orienté à la baisse.

Trou d’air boursier pour Air France. Le titre de la compagnie aérienne perdait 8 % ce lundi matin vers 11h00 à la Bourse de Paris, après avoir publié son trafic pour le mois d’août.  L’entreprise dirigée par Ben Smith a enregistré une hausse de 2,1 % de son trafic le mois dernier, tandis que son coefficient d’exploitation a reculé de 0,3 point, à 90,6 %.

Air France a par ailleurs indiqué que « les réservations de dernières minutes sont plus faibles que prévu sur la période de pointe de l’été », le groupe citant « un contexte macroéconomique de ralentissement ».

A 10h00, l’action d’Air France s’échangeait même à 9,03 euros, en chute de 9 %, enregistrant la plus forte baisse de l’indice large parisien SBF 120. Les valeurs d’autres acteurs du secteur de l’aérien étaient également orientées à la baisse, à l’ouverture des grandes places boursières (Lufthansa, -0,27 %, Easyjet, -3,08 %).

Repreneur potentiel d’Aigle Azur

Air France est en outre cité parmi les entreprises qui pourraient faire une offre pour Aigle Azur, qui risque  d’être vendu à la découpe après liquidation judiciaire . Une  candidature qui inquiéterait certains investisseurs , selon une source de marché.

Le spécialiste de la desserte de l’Algérie est dans une telle impasse financière qu’il ne peut ni dédommager financièrement ses clients, ni même assurer le rapatriement des voyageurs dont le vol retour a été annulé.

« Il faut un repreneur sérieux [pour Aigle Azur], capable d’offrir des garanties sur un maximum d’emplois. La bonne nouvelle, c’est que plusieurs se sont montrés intéressés », a déclaré le secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, lundi dans Le Parisien.

Aucun repreneur potentiel n’a encore confirmé ses intentions. « Nous ne faisons pas de commentaire », a déclaré dimanche à l’AFP un porte-parole d’Air France, ajoutant simplement : « la situation évolue ». Le dépôt des offres devrait intervenir dans la journée de lundi.

lesechos

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut