Accueil / Auto & Transports / Airbus : la Chine passe une grosse commande d’A330

Airbus : la Chine passe une grosse commande d’A330

Airbus : la Chine passe une grosse commande d’A330

Ce mardi lors d’une rencontre entre Manuel Valls et son homologue chinois, la Chine doit passer une commande de quelque 70 Airbus A330 d’une valeur de 18,5 milliards de dollars au prix catalogue. Airbus ouvrira en Chine une usine de finition de cabines d’A330. D’autres entreprises françaises devraient signer des accords, comme EDF, Engie, Areva ou encore CMA-CGM.

La visite de trois jours en France du premier ministre chinois, Li Keqiang, sera prolifique pour Airbus. Ce mardi, en fin d’après-midi, peu avant une conférence de presse commune à Matignon entre Manuel Valls et son homologue chinois, Airbus doit signer un contrat avec la Chine portant sur une commande de quelque 70 A330, selon nos informations.

Il s’agit dans le détail d’un panachage d’A330-200, un biréacteur long-courrier d’environ 250 sièges, et d’A330-300, son frère de plus grande capacité. Parmi ces A330-300, la Chine va commander des A330 long-courriers mais aussi la version régionale de ce gros-porteur, lancée au dernier salon du Bourget par Saudi Arabian Airlines. Ce contrat s’élève à 18,5 milliards de dollars au prix catalogue.

Usine d’assemblage de cabines d’A330 en Chine

Le contrat est passé avec la China Aviation Supplies Holding Company (CASC), l’organisme d’Etat qui achète les appareils pour le compte des compagnies chinoises.

Avec ce contrat, Airbus va annoncer la création d’une usine de finition de cabines d’A330 en Chine, en plus de son usine existante d’assemblage d’A320, située à Tianjin. Les A330 construits en Europe seraient ensuite envoyés dans cette nouvelle usine par la voie des airs pour y être peints et équipés. Cela permettra ainsi aux la compagnies chinoises de “customiser” leurs A330.

53 accords franco-chinois

Outre Airbus, d’autres contrats devraient être annoncés, notamment dans le nucléaire et l’énergie avec Areva, EDF, Alstom et Engie (ex-GDF Suez), mais aussi le transport maritime avec CMA-CGM. Au total, pas moins de 53 accords étatiques, commerciaux et industriels entre les deux puissances sont attendus. “Quand vous prendrez globalement la somme de tout ce qui sera signé, de ces 53 accords qui seront signés, il y en aura pour des dizaines de milliards d’euros”, explique une source à Matignon.

Deux déclarations devraient voir le jour, l’une sur la coopération dans le nucléaire civil fixant “une feuille de route” sur l’ensemble de la filière avec des signatures attendues entre les français EDF et Areva et leurs homologues chinois, l’autre sur la coopération “en pays tiers” pour des projets conjoints d’infrastructures en Afrique et en Asie.

Facilités administratives

Afin de faciliter les relations économiques, Paris devrait aussi annoncer des facilités administratives pour les déplacements des hommes d’affaires chinois en France, comme cela a déjà été fait pour encourager la venue de touristes de Chine.
Une première quinzaine d’accords devraient être signés mardi à Matignon avant une conférence commune des deux Premier ministres. Une deuxième salve est prévue jeudi lors d’un forum économique à Toulouse où interviendront les deux dirigeants.

Fabrice Gliszczynski
latribune.fr

Aller en haut