Accueil / Auto & Transports / Airbus va encore frapper fort au Salon du Bourget

Airbus va encore frapper fort au Salon du Bourget

Airbus va encore frapper fort au Salon du Bourget

Le PDG d’Airbus table sur plusieurs centaines de prises de commandes au cours du Salon aéronautique du Bourget qui ouvrira ses portes le 15 juin.

“Plusieurs centaines de commandes”, c’est ce que devrait engranger Airbus au prochain salon aéronautique du Bourget qui ouvrira ses portes le lundi 15 juin pour six jours. Le Paris Air Show devrait être “un bon salon” pour Airbus avec “plusieurs centaines” de commandes, mais l’avionneur européenne ne devrait néanmoins pas battre un nouveau record, a estimé samedi Fabrice Brégier, PDG d’Airbus, la principale filiale d’Airbus Group (ex EADS).

“Je ne sais pas si ça sera celui de tous les records, parce que le précédent [salon], on avait lancé des nouveaux avions, donc on avait évidemment accumulé beaucoup de commandes, mais ça sera un bon salon”, a déclaré Fabrice Brégier dans un entretien à France Inter, iTélé et Les Echos diffusé samedi.

Sur l’ensemble de l’année 2015, “après deux années record de prises de commandes (on a accumulé 3.000 commandes au cours des deux dernières années, on livre un peu plus de 600 avions par an), on pense qu’on aura encore davantage de commandes que de livraisons. Donc la tendance du marché reste favorable”, a-t-il ajouté.

La conception de l’A400M n’est pas remise en cause

Concernant l’accident de l’avion de transport militaire transport A400M survenu en Espagne début mai, Fabrice Brégier a indiqué que sa conception n’est pas remise en cause ; la faille se situant plutôt au niveau des procédures de test.

“Ensuite, il y a eu, effectivement, soit une faiblesse dans les procédures de test des avions avant la mise en vol, car il s’agissait du premier vol d’un avion de série, (pour la Turquie, ndlr) soit un problème qui provenait de la mise en oeuvre de ces procédures”, a-t-il déclaré, rappelant que c’était la branche défense d’Airbus Group, Airbus Defence and Space (Airbus DS), qui avait la responsabilité du programme A400M et donc de l’enquête interne.

Interrogé sur la possibilité qu’une erreur d’assemblage du même type se produise sur des avions civils, le dirigeant a souligné: “au niveau du groupe, on tire à chaque fois l’ensemble des conséquences d’un tel accident, ou même d’un incident”. “On n’a pas eu, à Toulouse, de problème au cours des 20 dernières années”, a-t-il ajouté.

latribune.fr

Aller en haut