Accueil / Mines & Energies / Algérie : comment le ministre Noureddine Boutarfa a sauvé l’Opep

Algérie : comment le ministre Noureddine Boutarfa a sauvé l’Opep

Algérie : comment le ministre Noureddine Boutarfa a sauvé l’Opep
Noureddine Boutarfa, le ministre algérien de l'Énergie, et Mohammed Barkindo le secrétaire général de l'OPEP quittent la conférence de l'OPEP à Alger le 28 septembre 2016. © Sidali Djarboub/AP/SIPA

En réussissant à convaincre à la fois Riyad, Téhéran et Moscou de réduire leur production d’or noir, Noureddine Boutarfa a apporté une bouffée d’oxygène à son propre pays. Et sauvé au passage l’Opep. Récit exclusif d’une négociation menée de main de maître.

Le Falcon 7X de la République bolivarienne du Venezuela vient d’atterrir à Alger en cette journée pluvieuse du lundi 28 novembre. Pantalon et pardessus beiges, pull gris, Eulegio del Pino, ministre vénézuélien du Pétrole, est ravi de retrouver son homologue algérien, Noureddine Boutarfa, ministre de l’Énergie. Dans le salon VIP de l’aéroport, del Pino donne le ton. « Les deux journées qui précèdent la réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole [Opep] sont importantes », explique le Vénézuélien.

Et cruciales, même. C’est que, le mercredi 30 novembre, le cartel des pétroliers, qui doit se réunir à Vienne, en Autriche, doit confirmer ou non l’accord conclu en septembre à Alger sur la réduction de la production de 33,6 millions de barils par jour (b/j) à 32,5 millions. Un échec, et les prix plongeraient, au grand désespoir de pays comme l’Algérie ou le Venezuela, déjà sévèrement secoués par une crise aiguë. Une réussite, et les cours grimperaient, au grand soulagement de leurs dirigeants.

L’ami Russe

Pour éviter la débâcle, le ministre algérien va donc déployer, pendant les quarante-huit heures les plus longues et les plus tendues de sa vie, des trésors de diplomatie pour convaincre. Ce lundi, alors que la nuit tombe sur Alger, Eulegio del Pino et Boutarfa embarquent à bord du Falcon 7X à destination de Moscou pour une mission délicate, la Russie, l’un des principaux producteurs mondiaux d’hydrocarbures, n’étant pas membre de l’Opep.

>>Lire l’article complet sur jeuneafrique

Aller en haut