Accueil / Développement / Algérie-France : le co-investissement en Afrique au cœur d’une rencontre entre les hommes d’affaires des deux pays

Algérie-France : le co-investissement en Afrique au cœur d’une rencontre entre les hommes d’affaires des deux pays

Algérie-France : le co-investissement en Afrique au cœur d’une rencontre entre les hommes d’affaires des deux pays
Dans le cadre de la coopération algéro-française, une rencontre est prévue en octobre prochain en France entre les hommes d’affaires algériens et français, a indiqué ce week-end, le président de la Chambre de commerce algérienne à Paris, Kaci Aït Yala. Ce rendez-vous sera consacré aux investissements en Algérie mais aussi en Afrique.

Les hommes d’affaires français et algériens se sont donné rendez-vous en octobre prochain en France. C’est ce qu’a laissé entendre ce week-end, le président de la Chambre de commerce algérienne à Paris, Kaci Aït Yala. Donnant les détails de la rencontre, le responsable a indiqué que plusieurs sujets seront évoqués, notamment, la question de l’usine d’assemblage de véhicules de la marque française Peugeot qui entrera en service à la fin de cette année et celle de la coopération trilatérale afro-algero-française pour accéder au marché africain. « La majorité des dossiers de coopération qui sont bloqués entre l’Algérie et la France, seront désormais prêts à l’exploitation », a déclaré Kaci Aït Yala cité par la presse locale.

Abordant le sujet concernant l’usine d’assemblage, Yala a précisé qu’elle « produira durant la première année de son lancement 25 000 véhicules avant de passer à 100 000 unités/an ». « Le projet entend attendre durant 4 ans un taux d’intégration de 40 % du marché algérien », a-t-il ajouté rappelant que « l’objectif est d’avoir un site totalement opérationnel en 2019 ».

Co-investissement algéro-français en Afrique

Investir ensemble sur le continent africain est également l’une des préoccupations au cœur de la coopération algéro-française. Lors de la rencontre d’octobre 2018, le sujet sera également évoqué. « Durant la prochaine étape, la coopération algéro-française connaîtra de nouvelle mesures, en plus du marché algérien, nous envisageons co-investir dans le marché africain notamment, à travers la signature des conventions entre chaque partie, où l’Algérie sera le premier investisseur, la France sera considéré comme le partenaire technologique, et un pays africain ou la réalisation des projets auront lieu dans son territoire », a déclaré Kaci Aït Yala.

Rappelons que la coopération algéro-française date de nombreuses années et a souvent pris en compte divers domaines. Récemment, dans le cadre du partenariat stratégique, les deux pays ont signé quatre accords de coopération dans les secteurs du tourisme, du commerce électronique, de la sous-traitance et de l’agriculture. 20 autres conventions sont actuellement en cours de discussion entre les autorités des deux pays.

Emmanuel Atcha

afrique.latribune

Aller en haut