Accueil / Tic & Telecoms / Algérie : la société Ooredoo n’annoncera pas dans les médias critiques envers l’Algérie et le Qatar

Algérie : la société Ooredoo n’annoncera pas dans les médias critiques envers l’Algérie et le Qatar

Algérie : la société Ooredoo n’annoncera pas dans les médias critiques envers l’Algérie et le Qatar

« Nous ne cautionnerons en aucune façon des attaques personnelles ni envers l’Algérie ni envers le pays d’où a commencé l’aventure Ooredoo, le Qatar. Nous ne nous engagerons jamais aux côtés de ceux qui sont animés par des valeurs négatives de dénigrement et de médisance », a affirmé le directeur général de l’opérateur algérien de téléphonie mobile Ooredoo, filiale du Groupe Ooredoo basé au Qatar. Joseph Ged s’exprimait le 18 février 2015 lors d’un dîner offert à la presse.

Cette sortie a nourri la polémique sur les intentions de la société Ooredoo qui est l’un des plus gros annonceurs en Algérie. « Le chantage de Joseph Ged », le titre majeur barrait la Une du grand quotidien El Watan ce 23 février. Ce journal est reparti vers le patron d’Ooredoo qui a précisé sa pensée : « Nous demeurons respectueux de la ligne éditoriale de la presse et nous sommes un annonceur libre de ses choix et de ses décisions toujours conformes aux lois algériennes (…) Ooredoo a été le premier opérateur à casser le chantage économique de certains annonceurs envers la presse et nous refusons d’associer notre entreprise à la diffamation. »

Lors d’une conférence de presse ce même 23 février, Joseph Ged a dit qu’il « ne changera pas » la « nouvelle stratégie sur l’octroi de la publicité », annoncée le 18 février dernier en présence du ministre de la Communication, Hamid Grine. Le Dg d’Ooredoo a précisé que cette stratégie se fera « selon des critères objectifs » qui seront expliqués aux médias.

Toujours est-il que les sorties de Joseph Ged sont au centre de la polémique, car elles sont considérées comme un chantage, voire des menaces à peine voilées contre la presse. Il est taxé d’alignement, car le ministre de la Communication a récemment appelé les entreprises à conditionner l’attribution de la publicité aux journaux au « respect de l’éthique ».

« Scandaleux », s’indigne l’ancien ministre de la Communication, Abdelaziz Rahabi. « Ooredoo est ainsi devenu la cinquième colonne du Qatar en Algérie », ajoute-t-il.

Assongmo Necdem
agenceecofin.com

Aller en haut