mercredi 13 novembre 2019
Accueil / Mines & Energies / Algérie : le complexe sidérurgique El-Hadjar améliore ses capacités de stockage de fer

Algérie : le complexe sidérurgique El-Hadjar améliore ses capacités de stockage de fer

Algérie  : le complexe sidérurgique El-Hadjar améliore ses capacités de stockage de fer
Après trois arrêts successifs en 2019, à la suite de ruptures de stocks, le complexe algérien de sidérurgique El-Hadjar adopte une série de mesures pour garantir son approvisionnement en fer.

En Algérie, le complexe El-Hadjar lance une série de mesures pour renforcer et sécuriser son approvisionnement en minerai de fer. L’annonce a été faite lundi dans un communiqué par le ministère de l’Industrie et des mines. La décision fait suite à une rencontre entre les ministères de tutelle et les entreprises présentes sur le site au cours de ce week-end à Alger.

Les nouvelles mesures appliquées depuis lundi dernier consistent à renforcer les moyens de transport par la contribution de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) et instaurer une navette de quatre rames par jour et impliquer davantage la Société nationale des transports routiers (SNTR). Le dispositif devrait permettre de déplacer 50 camions quotidiennement pour acheminer le minerai de fer vers le complexe et maintenir des niveaux de stocks adéquats, explique le ministère dans son communiqué. Des moyens supplémentaires et une logistique pour augmenter la cadence des approvisionnements du complexe à partir des mines d’Ouenza et de Boukhadra.

Une industrie clé de l’économie algérienne

La mise en place de ce dispositif fait suite à un arrêt de la production sur le site d’El Hadjar à cause d’une baisse des stocks de fer brut enregistrée depuis une semaine. Le complexe a besoin de 8 000 tonnes de fer brut par jour pour son fonctionnement. Des volumes qui proviennent à 75% de la mine d’El Ouenza et à 25% de la mine de Boukhedra. Le complexe produit chaque jour quelque 2 500 tonnes d’acier liquide équivalant à une production annuelle de 800 000 tonnes. Une capacité de production qui devrait atteindre 1,2 million de tonnes d’acier et de produits ferreux dans le cadre d’un programme d’investissement pour la modernisation des installations du site.

Désormais dotée d’une feuille de route pour assurer une production optimale, la société de sidérurgie joue aujourd’hui un rôle important dans l’économie algérienne. Implanté sur 832 hectares à 12 km d’Annaba, le complexe emploie près de 5 144 personnes et dispose de ses propres installations maritimes reliées au réseau ferroviaire pour le transport des matières premières et les exportations de produits finis.

La Tribune Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut