Accueil / Développement / Algérie : « Le financement non conventionnel n’est pas forcément un mauvais choix »

Algérie : « Le financement non conventionnel n’est pas forcément un mauvais choix »

Algérie : « Le financement non conventionnel n’est pas forcément un mauvais choix »

L’Algérien, Slim Othmani, président du conseil d’administration de NCA Rouiba analyse la crise économique du pays ainsi que le traitement du nouveau premier ministre Ahmed Ouyahia pour l’enrayer.

Jeune Afrique : Quelle est l’origine de la crise ?

Slim Othmani : Nul n’est parvenu à trouver une explication rationnelle, alors que le pays dispose d’atouts exceptionnels. L’origine est bien plus profonde qu’il n’y paraît. Il y a d’abord des raisons endogènes : mauvaise gouvernance, autisme, paranoïa, clanisme et clientélisme, autoritarisme exacerbé dans la conduite des affaires du pays. Ajoutons à cela une absence de vision patente et une focalisation obsessionnelle sur les questions sociales, jusqu’à en perdre toute forme de bon sens.

>>Lire l’article complet sur jeuneafrique.com

Aller en haut