Accueil / Auto & Transports / ALGÉRIE: LE PROJET D’IMPLANTATION DE VOLKSWAGEN SERAIT SUR UNE BONNE VOIE

ALGÉRIE: LE PROJET D’IMPLANTATION DE VOLKSWAGEN SERAIT SUR UNE BONNE VOIE

ALGÉRIE: LE PROJET D’IMPLANTATION DE VOLKSWAGEN SERAIT SUR UNE BONNE VOIE

Les négociations visant l’implantation en Algérie du constructeur automobile allemand Volkswagen évoluent positivement. Il reste quelques angles à arrondir, selon le directeur général de la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie.

L’Algérie, second marché de l’automobile neuve en Afrique cherche désespérément à attirer les constructeurs automobiles. Le pays n’accueille jusqu’à présent que deux constructeurs: Renault et Benz. Toutefois, la situation pourrait changer dans les mois à venir.

C’est surtout le cas du constructeur allemand Volkswagen. Selon elwatan.com, citant Marko Ackermann, directeur général de la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie, «les négociation sont en cours. Elles enregistrent un taux d’avancement entre 60 et 80%. Il reste toujours quelques points à finaliser».

Le quotidien rappelle que le constructeur allemand et le groupe algérien Sovac avaient entamé des discussions sur un projet de fabrication de voitures de marque Volkswagen. Ce projet devrait permettre «la fabrication de plusieurs types de véhicules comme Seat et d’autres marques», rappelle le quotidien, citant le ministre de l’Industrie et des mines, Abdessalem Bouchouareb.

Outre le projet Volkswagen, Ackermann a rappelé aussi la volonté de plusieurs industriels du secteur automobile allemand à investir dans des projets en Algérie. «Je ne peux pas vous donner plus de détails. L’Allemagne a un intérêt de créer des partenariats. Maintenant, ça se discute entre les entreprises et les investisseurs», a soutenu le directeur général de la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie.

Pour rappel, le partenaire algérien du projet, Sovac, avait annoncé que l’unité industrielle nécessiterait un investissement de 170 millions d’euros. La capacité de production au démarrage devrait tourner autour de 10.000 unités avant d’atteindre 100.000 unités en 2022.

Enfin, signalons qu’Alger compte interdire les importations de véhicules neufs aux concessionnaires n’ayant pas investi dans l’industrie automobile à partir de janvier 2017.

 

 

 

Karim Zeidane / le360.ma

Aller en haut