Accueil / Tic & Telecoms / Algérie : Les offres de Mobilis, Djezzy et Ooredoo pour la 4G ont été jugées recevables

Algérie : Les offres de Mobilis, Djezzy et Ooredoo pour la 4G ont été jugées recevables

Algérie : Les offres de Mobilis, Djezzy et Ooredoo pour la 4G ont été jugées recevables

Les trois opérateurs de téléphonie mobile, Mobilis, branche d’Algérie Télécom, Djezzy et Ooredoo ont passé avec succès la première étape pour l’acquisition de la licence 4G en Algérie. En effet, lors de la séance d’ouverture des offres, au terme de la date limite de soumission fixée par l’Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT) le 11 avril 2016, leurs différentes offres ont été jugées « recevables en la forme ».

Le président de la commission d’attribution de la licence 4G, Mahgoun Salah, a rappelé que la date d’attribution provisoire des licences 4G et leur classement est fixé pour le 23 mai prochain. Il a souligné que cette déclaration « se fera publiquement », dans un souci de transparence.

Pour rappel, l’appel à concurrence, pour l’établissement et l’exploitation de réseaux publics de télécommunications mobiles de 4ème génération, a été lancé le 7 janvier 2016. La date limite initiale de dépôt des offres relatives à l’appel à la concurrence pour la licence 4G avait été fixée au 3 avril 2016. Mais à la demande d’un des trois opérateurs de téléphonie mobile, elle avait été reportée au 11 avril 2016. Ce qui a eu une incidence sur la date d’attribution des licences, qui a été aussi repoussée au 23 mai 2016.

Au terme du processus d’attribution de la licence 4G, les opérateurs qui auront décroché le précieux sésame devront, selon le cahier des charges élaboré par le régulateur télécoms, assurer un seuil minimum de couverture de 10% au cours des quatre premières années dans les wilayas de leur choix. Ils devront ensuite élargir le service aux régions du Sud dans un délai de trois ans.

Jusqu’à présent, le prix fixé par le régulateur télécoms, pour l’octroi de la licence télécoms aux opérateurs, n’a pas été dévoilé. Ce qui est sûr, c’est qu’en se basant sur le benchmark sous-régional (pas moins de 40 millions $ au Maroc et 77 millions $ en Tunisie, Ndlr) le montant doit se chiffrer en plusieurs millions de dollars.

Muriel Edjo
agenceecofin.com

Aller en haut