Accueil / Mines & Energies / Algérie: Sonatrach table sur un volume additionnel de 20 à 30 milliards de m3 d’exportations de gaz (P-dg)

Algérie: Sonatrach table sur un volume additionnel de 20 à 30 milliards de m3 d’exportations de gaz (P-dg)

Algérie: Sonatrach table sur un volume additionnel de 20 à 30 milliards de m3 d’exportations de gaz (P-dg)
A LIRE AUSSI...
Sonatrach exporte actuellement autour de 50 milliards de m3 de gaz par an et table, avec les projets de valorisation en cours sur un volume additionnel de 20 à 30 milliards de m3 additionnels par an”, a indiqué le PDG de l’entreprise, Abdelmoumen Ould Kaddour.

M. Ould Kaddour a indiqué que Sonatrach pe exportait autour de 50 milliards de m3 par an. Selon lui, les projets de valorisation en cours et qui seront finalisés d’ici la fin de l’année 2017 ou au début de 2018, vont permettre de renforcer les capacités d’exportations. “Pour l’instant, on table sur un volume de 20 à 30 milliards de m3 additionnels par an”.

Le PDG de Sonatrach qui s’exprimait sur le sujet à à Rhourde El Baguel (Hassi Messaoud) a révélé que les découvertes réalisées en 2017 par la compagnie étaient une vingtaine mais que leur exploitation passait d’abord par une ’évaluation de leurs capacités réelles.

“On est à 20 découvertes mais qui ne sont pas forcément commercialement exploitables. Il faut du temps pour évaluer les réserves. Et à ce moment même, nous faisons les études économiques nécessaires pour apprécier leurs rentabilité”, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, en réponse à une question sur les investissements étrangers dans le domaine des hydrocarbures en Algérie, le même responsable a fait savoir que les appels d’offres sur les champs déjà découverts ne posaient aucun problème. Actuellement, Sonatrach a 3 ou 4 partenaires étrangers avec qui elle travaille sur les champs de Reggane, de Touat, de Timimoune et d’autres.

Par contre, a-t-il relevé, “le problème se pose plutôt au niveau de l’exploration, et c’est donc en rapport sur la nouvelle loi sur les hydrocarbures. Il faudrait revoir cette situation en vue d’attirer d’autre investissements dans le domaine de l’exploration”.

maghrebemergent

Aller en haut