Accueil / Mines & Energies / Algérie : Une joint-venture algéro-émirati lance le projet de construction d’une aciérie…

Algérie : Une joint-venture algéro-émirati lance le projet de construction d’une aciérie…

Algérie : Une joint-venture algéro-émirati lance le projet de construction d’une aciérie…

Algérie : Une joint-venture algéro-émirati lance le projet de construction d’une aciérie à Relizane

Le groupe algérien Bellazoug, spécialisé dans le bâtiment et l’importation des matériaux de construction ainsi que le tourisme et le groupe émirati Bidewi Group, actif dans la production et la commercialisation des matériaux de construction, lancent le projet de construction d’une aciérie qui entrera en production en 2018 à Relizane, dans l’ouest-algérien. Le projet dont le coût global a été estimé à 300 millions de dollars, a reçu le feu vert du Conseil national de l’investissement (CNI) et l’usine, une fois mise en service, devrait fonctionner à une capacité annuelle d’un million de tonnes et créer 2000 emplois directs.

Les deux partenaires de coentreprise, lors de la présentation du projet au 1er forum économique algéro-émirati, tenu dimanche à Abu-Dhabi, ont expliqué qu’il se déroulera en 4 phases. La première phase verra l’usine produire des profilés d’acier et des barres pour le rond à béton (biellettes) pour une capacité de production de 600.000 tonnes/an. Elle coûtera 110 millions $ et génèrera 650 emplois directs.

Au cours de la deuxième phase, prévue pour s’achever 1an et demi après le démarrage du projet, une fonderie sera lancée avec l’installation d’un four électrique. L’usine récupérera les résidus ferreux issus de la première phase, pour les exploiter dans l’industrie de briqueterie.

Le projet dont 51% sont détenus par la partie algérienne et 49% par la partie émiratie, vise à satisfaire la demande en acier de l’Algérie. Une fois ce résultat atteint, la possibilité d’un export sera envisagée.

L’Algérie produit environ 2,5 millions de tonnes d’acier alors que la consommation locale est d’environ 12 millions de tonnes/an. Le reste de la demande locale est assuré par l’importation.

Louis-Nino Kansoun
agenceecofin.com

Aller en haut