Accueil / Agro / Alphonse Ouédraogo, DG de l’AMVS : «Le Sourou possède le potentiel nécessaire pour devenir un pôle de croissance»

Alphonse Ouédraogo, DG de l’AMVS : «Le Sourou possède le potentiel nécessaire pour devenir un pôle de croissance»

Alphonse Ouédraogo, DG de l’AMVS : «Le Sourou possède le potentiel nécessaire pour devenir un pôle de croissance»
Sourou_1

Selon le directeur général de l’Autorité de mise en valeur de la vallée du Sourou (AMVS), «La vallée du Sourou comme Bagrépôle a un grand potentiel hydroagricole. Les aménagements y ont été créés pratiquement dans la même période. Dans les années 70, le pays a connu des cycles de grandes sécheresses. Le gouvernement a compris qu’il fallait développer la maîtrise de l’eau pour sécuriser la production. On a identifié ces zones comme étant comme des zones potentielles où on pourrait développer la production irriguée à grande échelle, sans que les aléas climatiques ne viennent hypothéquer cette production. Bagré a une capacité d’un milliard 700 millions de m3 d’eau. Le Sourou n’a pas la même échelle mais nous pensons qu’on peut transformer cette vallée en pôle de croissance. C’est-à-dire un domaine qui peut être véritablement promu et qui est susceptible de créer du développement et tirer les autres secteurs du développement.

La porte d’entrée agropôle c’est l’aménagement hydroagricole. Si le potentiel qui existent au Sourou est judicieusement exploité, il peut créer du développement tout autour et partant, favoriser le développement d’autres secteurs comme les transports, le commerce, l’éducation, l’emploi, etc. L’Etat sera là pour animer la dynamique de partenariat public-privé qui doit être portée par le secteur privé. Le Sourou dispose aujourd’hui de tout le potentiel nécessaire pour être transformé en pôle de croissance. Il y a une base déjà prête à cet effet, notamment 3800 hectares sur les anciens périmètres et 2240 hectares en réalisation grâce au Millennium challenge corporation (MCA). Par ailleurs, 1000 hectares seront aménagés par la Banque islamique de développement et 500 par la Coopération japonaise (JICA). Aussi, d’ici à 2015- 2016, on aura entre 6000 et 7500 hectares aménagés dans la vallée sur un potentiel estimé à 30 mille». Lire la suite sur Sidwaya.
Aller en haut