Accueil / Développement / Altice entre au capital du gestionnaire de centres d’appel Intelcia

Altice entre au capital du gestionnaire de centres d’appel Intelcia

Altice entre au capital du gestionnaire de centres d’appel Intelcia

Le groupe de télécommunications luxembourgeois a pris une participation au capital du gestionnaire de centre d’appel en France, au Maroc et en Afrique subsaharienne qui s’apprête à ouvrir son 14e site à Dakar. Objectif : “devenir un acteur global et majeur du secteur de la relation client au niveau international”, selon un communiqué d’Intelcia lundi.
En plein développement en Afrique subsaharienne, le gestionnaire de centres d’appels Intelcia dirigé par Karim Bernoussi compte un nouvel actionnaire de choix.

Lundi 5 septembre, l’entreprise basée à Casablanca et à Neuilly-sur-Seine, en banlieue parisienne, a fait savoir qu’Altice, le groupe luxembourgeois de télécommunications et de médias, est entré dans son capital, sans apporter aucune précision chiffrée.

« Groupe multinational regroupant des opérateurs majeurs dans les télécommunications, le contenu et les médias, Altice s’appuiera sur le savoir-faire reconnu d’Intelcia dans la relation client afin d’intégrer ‘l’Expérience client’ dans sa chaîne de valeur », écrit ainsi Intelcia dans un communiqué.

Fortes ambitions

L’objectif désormais est de « devenir un acteur global et majeur du secteur de la relation client au niveau international » et « d’accélérer [l’]expansion dans de nouveaux territoires », note encore le groupe marocain aux 4 500 employés.

Altice, fondé et dirigé par l’homme d’affaires franco-israélien Patrick Drahi, est l’actionnaire de SFR en France, de Portugal Telecom, de Suddenlink Communications aux États-Unis, de Hot en Israël, mais aussi des médias NextRadioTV (BFM TV), Libération et L’Express en France.

Le groupe a clos l’année 2015 sur un chiffre d’affaires de 3,49 milliards d’euros, contre 1,89 milliard un an plus tôt. Sur cette période, il enregistrait une perte de -276,9 millions d’euros, contre -195,5 millions d’euros un an plus tôt.

 

Lire l’article complet sur Jeuneafrique.com

Aller en haut