Accueil / Tic & Telecoms / Android dans le viseur des autorités américaines de la concurrence

Android dans le viseur des autorités américaines de la concurrence

Android dans le viseur des autorités américaines de la concurrence

Les autorités amériaines reprochent au système de Google pour téléphones et tablettes de donner la priorité aux services développés par ses soins.

La Commission de la concurrence américaine (FTC) a lancé une enquête à l’encontre de Google, soupçonné d’entrave à la concurrence sur son système d’exploitation Android, qui fait fonctionner de nombreuses marques de smartphones, rapporte vendredi l’agence de presse financière Bloomberg.

L’agence a conclu un accord avec le département de la Justice des États-Unis pour prendre la tête d’une procédure sur le sujet et a déjà rencontré des responsables du groupe américain, indique l’agence de presse en citant deux sources proches du dossier. La FTC reproche à Google de donner la priorité aux services développés par ses soins sur sa plateforme Android et d’en restreindre d’autres, explique Bloomberg tout en soulignant que l’enquête en est encore à ses débuts et pourrait ne pas déboucher sur une inculpation.

Ce n’est pas la première fois que l’autorité de la concurrence américaine se penche sur la société puisque la FTC avait déjà soupçonné Google de mettre en avant ses propres services (vidéos de sa filiale YouTube, voyages, avis sur des restaurants) dans les résultats de recherche qu’il propose aux internautes. Mais la FTC avait clos son enquête en 2013 en échange d’engagements de bonne conduite de Google. Les services européens de la concurrence ont eux aussi ouvert une enquête fin 2010, accusant le géant américain d’abuser de sa position dominante dans la recherche sur Internet. Le commissaire européen chargé du numérique, l’Allemand Günther Oettinger, a évoqué mercredi “des progrès” dans cette procédure. La Commission a cherché pendant des années la conciliation, mais les solutions avancées par le géant d’Internet ont été retoquées à trois reprises.

lepoint.fr

Aller en haut