Accueil / Portraits / Angélique Kidjo : La musique « son arme » pour toucher les cœurs

Angélique Kidjo : La musique « son arme » pour toucher les cœurs

Angélique Kidjo : La musique « son arme » pour toucher les cœurs

Très dynamique et engagée, Angélique Kidjo est une artiste musicienne béninoise hors pair. Les titres Agolo, Wombo Lombo,Batonga, Afrika, Malaïka, Kelele, Never know sont des merveilles. Vous comprendrez cela en parcourant ses œuvres musicales. Son engagement pour la promotion de l’éducation des jeunes filles de son pays et partant dans le monde ainsi que son soutien permanent aux plus démunis lui tiennent à cœur. La valorisation de la culture béninoise et plus généralement africaine constituent sa source d’inspiration. Toujours souriante et joviale elle est une véritable « bête de scène ». Bénin, Afrique du sud, Paris, Londres, Etats unis d’Amérique, Angélique sillonne les podiums du monde avec un timbre vocal unique, pour parler d’amour, de paix, de pardon et surtout de l’Afrique.

Née au Bénin en 1960 à Ouidah, Angélique Kidjo a commencé à chanter à six ans. Issue d’une famille de 10 enfants, dont elle la septième, Angélique Kidjo va intégrer la troupe théâtrale de sa mère, ce qui fera naître en elle, le goût pour la musique et les danses traditionnelles. Mais c’est au sein du groupe ” Les Sphinx “, qu’elle va se lancer dans la chanson, grâce aux interprétations des tubes à succès de son idole ” Miriam Makeba “. Par la suite, Elle enregistrera son tout premier album ” Pretty”, qui signifie ” jolie “, grâce à l’aide de son frère et du producteur camerounais Ekambi Brilliant. Dans cet album, Angélique Kidjo rendra hommage à Bella Bellow, une chanteuse togolaise qui fut l’une de ses sources d’inspiration. Le succès de cet album, lui permettra de faire une grande tournée en Afrique de l’Ouest. En 1983, elle s’installe à Paris, où naîtra sa fille en 1993. Angélique est mariée à Jean Hébrail.

Paris, le commencement d’une riche carrière

Angélique Kidjo fort de son amour passionnant pour la musique s’installe à Paris. Là, elle étudiera le jazz parallèlement à ses études en fac. Sur place, Angélique Kidjo suivra d’abord des cours de chant au CIM, une école de jazz parisienne réputée. Ensuite elle deviendra choriste dans plusieurs groupes africains en France et plu tard, chanteuse dans le groupe de Jazz africain Pili Pili, formé par le pianiste néerlandais Jasper van’t Hof. C’est vers les années 90, qu’Angélique Kidjo se fera vraiment connaitre du grand publique grâce à Chris Blackwell, le fondateur jamaïcain de Island Records, la maison de disques de Bob Marley ou elle va signer un contrat en 1991, sur son label Mango. Elle enregistre quatre albums chez Island, jusqu’au départ de Chris Blackwell. S’en suivra un parcours atypique :

- En 1998, elle s’installe aux États-Unis où elle connaîtra un grand succès couronné en 2007 par un Grammy Awards.
- En 2000, elle signe un contrat à New York avec le label Columbia Records, pour lequel elle enregistre deux albums.
- En novembre 2003, elle participe au grand concert pour la fondation Nelson MANDELA au Cap en Afrique du sud, au côté Peter Gabriel et Youssou N’dour
- En mai 2004, elle participe aussi au concert ” We Are The Future ” qui veut dire, “nous sommes le future” produit par Quincy Jones à Rome devant 400 000 personnes.
Sa musique est fortement imprégnée de rythmes empruntés à son héritage ouest-africain, et elle mélange divers styles, comme le funk, la salsa, le jazz, la rumba, le souk et le makossa. Citoyenne du monde, Angélique est multilingue. Elle parle et chante en anglais, français, Yoruba et Fon, la langue du Bénin.

Angélique Kidjo : La «mama africa » au grand cœur

Angélique Kidjo est une ambassadrice de Bonne Volonté de l’UNICEF depuis 2002. Elle a même mis en place sa propre Fondation ” Batonga “, qui soutient les études secondaires de jeunes filles africaines, afin qu’elles puissent prendre part au développement socio-économique en Afrique. « Pour moi, l’éducation est cruciale parce qu’elle est le moteur de tout, la politique par exemple ou un développement sain» fait-elle valoir(UNICEF). « Les jeunes sont l’espoir de mon continent. Lorsque je vois les enfants d’Afrique, tous les rêves deviennent réalisables» renchérit -t-elle.
Militante énergique en faveur des enfants et des jeunes, elle se prononce souvent sur les questions qui les concernent et prend le temps sur ses tournées de concerts de visiter des programmes de l’UNICEF. Angélique Kidjo a été lauréate d’un certain nombre de récompenses musicales comme le Grammy Awards en 2008 pour la Meilleure musique mondiale Contemporaine, pour son album Djin Djin. En août 2008, elle a reçu le grade de Commandeur de l’Ordre national du mérite du Bénin pour bons et loyaux services rendus à la nation.
Angélique Kidjo fait voyager et connaître la richesse de la musique africaine aux quatre coins de la planète. Inspirée par de grandes chanteuses telles Miriam Makeba ou Aretha Franklin, elle a atteint au fil des années le même niveau de talent et de notoriété. Femme attachante et fort drôle, Angélique Kidjo est aujourd’hui un modèle pour la jeunesse africaine.

Balguissa Sawadogo
ecodafrik.com

Aller en haut