Accueil / Tic & Telecoms / Année noire pour les introductions de start-up à Wall Street

Année noire pour les introductions de start-up à Wall Street

Année noire pour les introductions de start-up à Wall Street

En 2016, seules 14 sociétés tech se sont introduites sur le Nasdaq, selon Dealogic. Le volume n’avait jamais été aussi faible depuis la crise de 2009.

2016 restera comme une année noire pour les introductions en Bourse de sociétés tech aux Etats-Unis. L’an dernier, seules 14 start-up ont tenté le saut de l’ange à Wall Street, selon les calculs du cabinet Dealogic, contre 28 en 2015, 62 en 2014 et 48 en 2013. La dernière fois que le volume d’entrée en Bourse avait été aussi faible remonte à l’année 2009, en pleine crise financière.

Brexit, incertitudes sur l’élection américaine, IPO compliquée à la fin de l’année 2015 pour Square et Match , des valeurs solides comme l’action LinkedIn violemment chahutées par les marchés début 2016 : les raisons n’ont pas manqué pour que les start-up passent leur tour.

Mais les rares boîtes tech qui ont fait le pas cette année n’ont pas eu à le regretter. Acacia, Impinj, et Twilio ont ainsi vu la valeur de leur action doubler depuis leurs premiers pas sur le Nasdaq. Le français Talend , première jeune pousse tricolore à tenter une IPO outre-Atlantique depuis Criteo en 2013 , a lui aussi connu des premiers mois encourageants.

Reste que Wall Street n’a pas eu d’opération d’envergure à se mettre sous la dent. Snapchat, Airbnb, Uber, Spotify : aucun de ces gros espoirs de la tech n’a pris la direction de la Bourse cette année et ces sociétés ont de nouveau eu recours à des tours de table pour financer leur développement. En septembre, Airbnb a levé 555,5 millions de dollars . Quatre mois plus tôt, Snapchat avait levé 1,8 milliard .

Résultat, la plus grosse introduction est celle de Nutanix qui a levé 274 millions de dollars, devant Twilio (150 millions) et Coupa (133 millions). Des montants qui seront largement battus l’année prochaine par Snapchat qui a déposé son projet d’introduction en Bourse il y a quelques semaines.

Cette opération pourrait avoir lieu dès le mois de mars. L’application aux messages et photos éphémères pourrait lever près de 4 milliards de dollars, croit savoir le Wall Street Journal. Si cette IPO se passe sans accroc, nul doute que d’autres introductions d’envergure pourraient suivre.

Nicolas Richaud
lesechos

Aller en haut