Accueil / Tic & Telecoms / Apple : ce qu’il faut retenir de la conférence des développeurs

Apple : ce qu’il faut retenir de la conférence des développeurs

Apple : ce qu’il faut retenir de la conférence des développeurs

Ouverture aux applications extérieures pour concurrencer Google, Amazon et Microsoft, lifting de la plupart de ses services, avancées dans l’intelligence artificielle et la domotique : voici les principales annonces d’Apple lors du WWDC, sa traditionnelle conférence des développeurs, qui s’est tenue lundi à San Francisco.

De notre envoyé spécial à San Francisco

En annonçant le rachat de LinkedIn pour un montant record de 26,2 milliards de dollars, Microsoft a volé la vedette à la WWDC, la conférence annuelle des développeurs d’Apple.

Mais la marque à la pomme a néanmoins effectué quelques annonces qui méritent le détour. Car au-delà de l’attendu lifting de ses services, il se dessine un revirement stratégique important, à savoir l’ouverture aux applications extérieures alors qu’Apple évoluait jusqu’à présent dans un écosystème fermé de services maison. Une façon de renforcer leur attractivité et de tenir la dragée haute à Google, Amazon, Facebook et Microsoft. Toutes ces améliorations seront disponibles à partir de l’automne et seront intégrées dans la nouvelle version de ses systèmes d’exploitation, iOS 10 pour l’iPhone et macOS Sierra pour le Mac et l’iPad.

Siri, Plans et iMessage s’ouvrent

Ainsi, l’assistant vocal Siri, le logiciel de cartographie Plans et l’application Messages s’ouvrent au monde. Comme le font les utilisateurs du service WeChat en Asie, ceux de Siri pourront par exemple commander un Uber ou un Lyft ou lui demander d’envoyer un message sur WhatsApp (qui appartient à Facebook). Les intégrations d’autres services permettent d’imaginer qu’il sera bientôt possible de se faire livrer un repas, de faire des emplettes sur des applis de m-commerce ou de réserver un ticket de cinéma directement grâce à Siri. De quoi optimiser son potentiel et multiplier le nombre de requêtes, qui dépassent déjà les 2 milliards par jour.

La même philosophie s’applique à Plans et à Messages. Selon Tim Cook, il sera possible de commander un taxi ou un VTC pour se rendre à l’endroit recherché ou de réserver directement une table au restaurant que l’on vient de géolocaliser. En ce qui concerne Messages, l’ouverture aux développeurs devrait se caractériser par l’intégration d’extensions qui permettront d’ajouter de nouvelles fonctionnalités ou de mieux les intégrer, comme les émojis et les Gifs par exemple. Apple a aussi annoncé des petites innovations dans la manière de dialoguer, comme la possibilité de jouer sur la taille de la police des messages, d’ajouter des likes et des liens vers des sites web.

De l’intelligence partout

Comme ses rivaux Google, Facebook, Microsoft et Amazon, Apple mise sur l’intelligence artificielle et le deep learning pour améliorer la pertinence de ses services. Le logiciel QuickType, qui suggère déjà des mots lorsque vous écrivez une phrase, proposera par exemple d’envoyer une géolocalisation à la question “où es-tu” et la fiche de contact si on vous demande le numéro de quelqu’un. Un message vocal pourra être traduit automatiquement en texte.

Enfin, Apple s’attaque au problème du référencement des photos et des vidéos avec le nouveau logiciel Advanced Computer Vision, qui les analyse pour identifier les contacts, et retrouver les photos et vidéos en fonction de leur date, des lieux et des thématiques.

Home, l’entrée d’Apple dans la domotique

Comme Google et Amazon, Apple met aussi le pied dans la maison intelligente avec Home, une application de gestion de tous les objets connectés. Mais il n’est plus question d’ouverture, car cette fonctionnalité n’est compatible qu’avec les objets connectés reliés à l’écosystème HomeKit.

Sur l’application Home, l’utilisateur pourra gérer chaque système domotique (lumières, volets, chauffage…) et se connecte également à Siri ou à l’Apple Watch, ce qui lui permet de comprendre quand vous quittez la maison pour éteindre automatiquement les lumières ou baisser le chauffage.

Apple Music se modernise pour attaquer Spotify

Décriée par les critiques pour son interface peu pratique, Apple Music s’apprête à fêter son premier anniversaire avec un lifting. Les paroles seront intégrées automatiquement aux chansons et il sera possible d’écouter des morceaux téléchargés sur l’appareil sans connexion.

Apple promet aussi une meilleure intégration des radios et espère que ces améliorations lui permettront d’accélérer pour doubler le numéro un mondial du streaming musical, Spotify. En six mois, Apple Music est passé de 10 à 15 millions d’abonnés. Toujours loin de Spotify et de ses 30 millions d’abonnés payants (+10 millions en un an), mais le fossé se réduit.

Apple Pay arrive en France

Réservé jusqu’alors aux Etats-Unis, au Canada, à l’Australie, le service de paiement Apple Pay, qui permet de payer des achats en magasin avec son téléphone ou son Apple Watch, va arriver en France, en Suisse et à Singapour à l’automne. Il suffira de valider l’achat via une reconnaissance d’empreinte digitale. En attendant d’autre partenariats, Apple Pay sera utilisable à la Fnac, chez Boulanger, Carrefour, Flunch, La Grande Epicetie, Total, Dior et Cojean, et pour les clients de Banque Populaire, Boon, Caisse d’Épargne, Carrefour Banque, Orange Cash et Ticket Restaurant.

Sylvain Rolland
latribune.fr

Aller en haut