Accueil / Développement / Appui au secteur privé: Proparco vise un encours d’au moins 50 millions €

Appui au secteur privé: Proparco vise un encours d’au moins 50 millions €

Appui au secteur privé: Proparco vise un encours d’au moins 50 millions €

Agro-industrie, industrie et infrastructures.

Ce sont les secteurs que Proparco, filiale de l’Agence française de développement (AFD), veut soutenir à Madagascar. En visite de 2 jours en terre malagasy, son directeur général, Claude Périou affirme que cette visite a pour objectif de montrer la volonté de Proparco de reprendre ses activités. Pour ce faire, il rencontre les autorités malagasy et des opérateurs économiques. L’idée est de mieux connaître les besoins de ces derniers. Et pour les prêts, Proparco a déjà identifié quelques projets auprès de banques et d’entreprises. Rappelons que cet établissement financier développe 2 métiers, celui d’investisseur via son intégration dans le capital d’entreprises et celui de prêteur. Sur ces 2 pôles d’activités, il compte afficher bientôt à Madagascar un encours de 50 millions d’euros. Comme quoi, cet établissement remarque que malgré les classements du pays sur le climat des affaires, des aspects de ce climat peuvent être perfectibles. Il remarque d’ailleurs que des entreprises continuent à travailler même difficilement.

D’ailleurs, les évolutions positives attendues ne sont pas toujours compliquées, d’après Claude Périou. Il en est ainsi des procédures de création d’entreprises. Dans ce domaine, Madagascar est au 37ème rang sur 189 économies dans le Doing business 2015 de la Banque mondiale. Certes, il a enregistré un recul de 4 places, mais il n’en demeure pas moins qu’il reste dans le top 50. Proparco note également que des entreprises continuent d’investir. Il veut les accompagner, soit en investissant dans leur capital, soit en leur accordant des prêts. Et s’il ne dispose par de produits adaptés aux micro-entreprises et aux PME, il les soutient via des intermédiaires. Ainsi, il y a les banques pour qui Proparco accorde des lignes de crédit à maturité plus longue dédiées aux PME. Il y a aussi les institutions de microfinance soutenues par cet établissement et à traves lesquelles il peut toucher les micro-entreprises. Des fonds d’investissement servent également d’intermédiaires pour Proparco.

Responsable du bureau régional d’Afrique australe et de l’océan Indien de Proparco basé à Johannesburg, Denis Sireyjol explique que pour cet établissement, chaque secteur peut avoir des impacts sur la croissance et la lutte contre la pauvreté. Et Proparco finance des secteurs à fort impact sur le développement. Ses soutiens se font d’ailleurs au cas par cas. C’est dans ce sens qu’il finance non seulement des entreprises mais également des universités privées, des projets sur les énergies renouvelables… Son engagement annuel dans le monde se situe à 1 milliard d’euros. Depuis 2014 et avec une nouvelle stratégie, il consacre 30% de ses activités pour le climat à travers des projets comme la promotion des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Et plus de 50% de ses interventions se concentrent sur l’Afrique. Grâce à sa présence dans la région, Proparco peut aider les opérateurs de Madagascar à se créer des liens avec leurs homologues mauriciens, sud-africains, mozambicains… En même temps, il invite les opérateurs de la région à s’intéresser à Madagascar. Quant à l’AFD, elle couvre la gamme des besoins en financement des entreprises dont une garantie à travers des banques locales. Son directeur, Jean-David Naudet rappelle que le secteur privé est fondamental pour la croissance, les bonnes pratiques industrielles…

Fanjanarivo
lagazette-dgi.com

Aller en haut