Accueil / Tic & Telecoms / Après le transfert d’argent des migrants, Afrimarket est annoncé (…) au cameroun

Après le transfert d’argent des migrants, Afrimarket est annoncé (…) au cameroun

Après le transfert d’argent des migrants, Afrimarket est annoncé (…) au cameroun

Après le transfert d’argent des migrants, Afrimarket est annoncé sur le marché du e-commerce au Cameroun

La start-up française Afrimarket vient de lever auprès de divers investisseurs internationaux, une enveloppe globale de 10 millions d’euros, soit environ 6,5 milliards de francs Cfa, a révélé le quotidien Les Echos. Ces fonds, explique Rania Belkahia (photo), cofondatrice d’Afrimarket, va permettre à cette start-up de déployer, à partir de cette année 2016, sa plateforme e-commerce dans six nouveaux pays africains (en plus de la Côte d’Ivoire), dont le Cameroun.

Déjà présente au Cameroun à travers un partenariat avec le groupe télécoms Orange et une filiale créée en avril 2015, Afrimarket a la particularité, au-delà du simple transfert d’argent sur lequel règne déjà des mastodontes tels que MoneyGram ou encore Western Union ; de rendre possible les transferts «cash to goods» vers l’Afrique. Ce qui permet aux membres de la diaspora africaine résidant en Europe, de payer directement les besoins courants (nourriture, fournitures scolaires…) de proches et autres parents restés au pays.

La diversification de ses activités au Cameroun, à travers le lancement d’une plateforme de commerce en ligne, ouvrira à Afrimarket la voie vers un secteur du e-commerce au potentiel encore inexploité. En effet, selon les experts, le taux de pénétration du e-commerce au Cameroun, actuellement, ne dépasse guère 2%.

Cependant, Afrimarket, dont 30% du chiffre d’affaires provient de la plateforme e-commerce fonctionnelle seulement en Côte d’Ivoire, arrivera prochainement sur un marché camerounais un brin complexe, sur lequel deux autres opérateurs de e-commerce de renom connaissent des fortunes diverses.

Il s’agit notamment de Cdiscount, qui a récemment annoncé son retrait du marché camerounais jugé difficile, et de Jumia, qui, de son côté, semble surfer sur une vague au Cameroun. En effet, cet opérateur vient de signer avec Campost, l’opérateur postal public, une convention en vue d’étendre son réseau sur le territoire national. Ce, après avoir enregistré plus d’un million de commandes sur sa plateforme, moins de 2 ans après le lancement de ses activités dans le pays.

 

 

Brice R. Mbodiam / investiraucameroun.com

Aller en haut