Accueil / Mines & Energies / Après l’Opep, le pétrole chute et entraîne les cours agricoles

Après l’Opep, le pétrole chute et entraîne les cours agricoles

Après l’Opep, le pétrole chute et entraîne les cours agricoles

Lors d’une réunion de 24 pays producteurs au siège de l’Opep à Vienne, jeudi, les quotas de production de pétrole ont été maintenus jusqu’en mars 2018. Pas assez ambitieux, selon les marchés, qui ont vu le baril de brut passer sous la barre des 50 dollars.

Les cours du pétrole ont terminé sur une chute jeudi après la réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses partenaires au siège, à Vienne. Le prix du baril de “light sweet crude” (WTI), référence américaine du brut a perdu 2,46 dollars à 48,90 dollars sur le contrat pour livraison en juillet au New York Mercantile Exchange (Nymex). A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 2,50 dollars à 51,46 dollars sur le contrat pour livraison en juillet à l’Intercontinental Exchange (ICE).

En cause, la décision de l’Opep et d’autres pays, dont la Russie, de maintenir leurs quotas de production de pétrole jusqu’en mars 2018 dans le but de réduire les stocks mondiaux et de soutenir les prix. Les cours, déjà mal orientés depuis le début de la séance, ont brusquement décroché au moment de la confirmation de l’accord.

Les marchés s’attendaient à davantage

“Ce que le marché nous dit maintenant c’est qu’il attendait une réduction soit plus longue soit plus marquée de la production”, a commenté Gene McGillian de Tradition Energy. Même si l’hypothèse d’une prolongation de neuf mois tenait la corde, alimentée par des déclarations russe et saoudienne, les spéculations sont allées bon train au cours des dernières semaines sur les suites que l’Opep allait donner à son accord.

“Nous avons envisagé différents scénarios de six à neuf et 12 mois et nous avons même envisagé l’option de réductions plus importantes”, a d’ailleurs reconnu jeudi le ministre saoudien de l’Énergie Khaled al-Faleh. L’accord est reconduit sous sa forme actuelle d’une baisse globale de 1,8 million de barils par jour. La Guinée équatoriale, qui participait aux réductions en tant que partenaire de l’Opep, a officiellement rejoint le cartel.

Pour mémoire, les membres d’Opep s’étaient engagés en novembre 2016 à limiter leur production pendant les six premiers mois de l’année 2017 entraînant dans ce mouvement 11 pays producteurs extérieurs à l’organisation, dont la Russie. Ce premier pacte valable jusqu’au 30 juin n’a pas véritablement rempli son objectif de soutenir durablement les prix du brut et d’éliminer l’excédent d’offre, les stocks mondiaux restant bien au delà de leur moyenne des cinq dernières années, objectif affiché du cartel.

Les cours agricoles affectés

Dans le sillage du pétrole, les cours du soja, du maïs et, dans une moindre mesure, du blé ont reculé jeudi à Chicago. Les produits agricoles “sont pris en otage par la forte chute du pétrole brut”, a mis en avant Mike Zuzolo, de Global Commodity Analytics and Consulting.

Le maïs et le soja peuvent entrer dans la fabrication de biocarburants et sont donc en partie substituables avec des dérivés de l’or noir. Leur cours est donc en partie influencé par les évolutions du pétrole. Par ailleurs certains investisseurs tendent à se détourner des produits financiers comportant un panier de matières premières quand les cours du pétrole reculent trop fortement.

Le blé a mieux résisté que les autres produits, essayant de garder “une prime de risque météorologique concernant la région productrice de blé aux Etats-Unis avec d’éventuelles précipitations qui pourraient endommager les cultures dans les semaines à venir”, a estimé Mike Zuzolo. La météo capricieuse ces derniers temps a également été une préoccupation pour les semis de soja et de maïs, sans que cela ne se traduise par des retards, à en croire les dernières estimations hebdomadaires sur l’avancée des semis du département américain de l’Agriculture (USDA).

latribune

Aller en haut