Accueil / Tic & Telecoms / Après Volkswasgen, Samsung suspecté de triche aux tests de ses téléviseurs

Après Volkswasgen, Samsung suspecté de triche aux tests de ses téléviseurs

Après Volkswasgen, Samsung suspecté de triche aux tests de ses téléviseurs

La Commission européenne a fait savoir qu’elle allait se pencher sur cette affaire.

Après le scandale mondial du constructeur allemand Volkswasgen qui a falsifié ses résultats aux tests antipollution de ses véhicules Diesel, c’est au tour du sud-coréen Samsung d’être soupçonné de tricherie.

Comme le rapporte « The Guardian » , un laboratoire indépendant financé par l’Union européenne, CompliantTV , soutient que les téléviseurs vendus par le groupe, en Europe, consommeraient moins d’énergie lors des tests officiels – réalisés par la commission électrotechnique internationale (CEI) – que lorsqu’ils sont réellement utilisés au quotidien par les consommateurs.

La technologie « motion lighting » est plus particulièrement visée. Le rapport de ComplianTV, cité par « The Guardian », fait valoir que celle-ci permettrait de réduire la luminosité de l’écran – et donc de diminuer la consommation d’énergie – et pouvait, par là même, être considéré comme un « dispositif de manipulation » dans la mesure où ce groupe de recherche soutient ne pas avoir constaté d’amélioration de la consommation d’énergie lors d’une utilisation quotidienne.

Aucune « comparaison possible » avec l’affaire Volkswagen

Le groupe Samsung a rapidement réagi en déclarant qu’il n’avait pas triché et qu’il n’y avait aucune « comparaison possible » avec l’affaire Volkswasgen. Le « motion lighting n’est pas une option spéciale qui s’active seulement durant les tests de conformité », a assuré un porte-parole de la société sud-coréenne.

« Samsung respecte la réglementation à la lettre, mais pas l’esprit de la réglementation », a souligné Rudolf Heinz, qui travaille pour CompliantTV, auprès du « Guardian ».

La Commission européenne se saisit du dossier

De son côté, la Commission européenne a fait savoir qu’elle allait se pencher sur cette affaire et vérifier la véracité de ces accusations. Bruxelles s’est d’ores et déjà engagé à durcir la réglementation dans ce domaine.

En février 2015, CompliantTV avait déjà tiré la sonnette d’alarme en faisant valoir que les groupes, commercialisant des téléviseurs, étaient susceptibles d’adapter la consommation d’énergie lors des tests effectués sur leurs produits, souligne aussi « The Guardian ». Le laboratoire n’avait alors donné aucun nom de marque.

En décembre 2014, l’Union européenne avait fait savoir qu’elle s’engageait dans une croisade contre les écrans géants de télévisions , très « énergivores », et allait mettre sur pied de nouvelles normes qui pourraient entrer en vigueur en juin 2016. L’objectif ? Réaliser des économies d’énergie estimées à 8 milliards d’euros par an.

lesechos.fr

Aller en haut