Accueil / International / Arabie Saoudite : Les défis du roi Salmane

Arabie Saoudite : Les défis du roi Salmane

Arabie Saoudite : Les défis du roi Salmane

En Arabie Saoudite, Ben Abdel Aziz Salmane al-Saoud, prince héritier depuis juin 2012 a directement succédé au roi Abdallah ben Abdelaziz al-Saoud mort le 23 janvier 2015 après 10 ans de règne. Qui est-il ? Quels défis devra-t-il relever à la tête de la première puissance pétrolière mondiale ?

Né à Ryad le 31 décembre 1935, le prince Salmane a été gouverneur de la capitale pendant près de 50 ans. La plupart des provinces saoudiennes ont à leur tête des membres de la famille royale avec rang de ministre. Ce poste lui a donné de l’expérience et il a supervisé l’émergence de Ryad comme capitale. Il est considéré comme l’artisan du développement de cette cité bâtie en plein désert par la dynastie des Al-Saoud pour en faire une ville moderne. Il était aussi premier vice-Premier ministre, poste obtenu en même temps que celui d’héritier du trône en 2012 à la mort de son frère Nayef. Il cumulait également les fonctions de ministre de la Défense depuis octobre 2011. Agé de 79 ans, le prince Salmane a multiplié les visites en Occident et en Asie, ajoutant une stature internationale à sa carrière, focalisée jusqu’en 2012 sur les affaires intérieures. C’est donc sans surprise que le demi-frère du roi Abdallah a hérité du trône de la puissante monarchie pétrolière.

Les défis à relever

Le royaume, assis sur les premières réserves mondiales de pétrole conventionnel, se trouve dans une situation géostratégique mouvante. L’Iran dispute le leadership régional à l’Arabie saoudite. Deuxième défi, l’Etat islamique (EI) implanté en Syrie et en Irak. L’Arabie saoudite participe à la coalition internationale visant à contenir puis à détruire cette organisation djihadiste. Des avions saoudiens participent aux raids occidentaux. Mais le régime, dont la légitimité tient notamment à son rôle de gardien des Lieux Saints de l’islam (La Mecque et Médine), ne tient pas à passer pour un valet des Occidentaux aux yeux de l’opinion publique musulmane.
Les cours du pétrole ont bondi après le décès du roi Abdallah d’Arabie Saoudite, architecte officiel de la politique pétrolière du royaume. Les regards se tournent désormais vers son successeur, le prince Salmane.

Aimé Florentin BATIONO
Pour Echodafrik

Aller en haut