vendredi 18 septembre 2020
Accueil / Tic & Telecoms / Astronomie : découverte majeure sur le Big Bang

Astronomie : découverte majeure sur le Big Bang

Astronomie : découverte majeure sur le Big Bang

Des scientifiques qui cherchaient des moyens de propulsion pour les fusées et les avions ont découvert comment les supernovæ explosent, relaye « L’Express ».

Le Big Bang reste l’une des grandes énigmes de notre univers. Son secret originel, par lequel notre Terre est née, suscite depuis sa théorisation de multiples interrogations. Il y a 13,8 milliards d’années, l’Univers est né de ce Big Bang, mais les scientifiques ont toujours du mal à le comprendre. Quelques indices connus permettent de tenter d’appréhender ce phénomène. Ainsi, les supernovæ ont un rôle. En explosant, elles projettent dans l’espace des éléments chimiques qui, grâce à la puissance de leur onde de choc, permettent la création d’étoiles. La question reste de savoir comment cette explosion se met en place. Le mystère restait presque entier jusqu’à aujourd’hui, relate L’Express.

Financés par l’armée américaine, des scientifiques ont trouvé, un peu par hasard, un début d’explications. En cherchant de nouveaux moyens de propulsion pour les avions et les fusées, leurs expériences les ont menés sur la route des supernovæ de type Ia (SNIa) et surtout sur la façon dont elles explosent. Pour être plus précis, les supernovæ désignent l’ensemble des phénomènes qui conduisent à l’explosion d’une étoile. À L’Express, Kareem Ahmed, professeur adjoint au département de génie mécanique et aérospatial de l’université de Floride, partage son enthousiasme. Leur découverte « pourrait même être la pièce manquante du puzzle des théories d’astrophysique », explique-t-il.

D’une simple flamme à une explosion

Les supernovæ sont déterminantes dans l’évolution de l’Univers. Les explosions thermonucléaires de ces étoiles mortes seraient également comparables à celle du Big Bang. « Elles ont aussi conduit à découvrir que l’Univers est en expansion accélérée, ou encore l’existence de l’énergie noire », détaille Kareem Ahmed. Les scientifiques sont tombés sur l’un des mécanismes possibles qui conduisent à leur explosion en recréant des implosions.

Grâce au matériel sophistiqué prêté par l’armée américaine, comme un « tube à chocs turbulents » et des supercalculateurs, ils ont déterminé les conditions dans lesquelles une simple flamme provoque une réaction hypersonique de grande ampleur. « Nous avons découvert le critère essentiel permettant à une flamme de générer ses propres turbulences et de les accélérer spontanément jusqu’à produire une détonation », explique le chercheur à L’Express. En infusant assez de turbulences dans l’espace de la flamme, cette dernière a brûlé totalement l’énergie qui se trouvait autour d’elle. Cette explosion hypersonique est cinq fois plus rapide que la vitesse du son, soit 6 174 km/h, détaille le journal. Un mécanisme similaire à celui qui produit les supernovæ de type Ia.

lepoint

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut