Accueil / Finances / Atlas Mara annonce une perte de 2 millions $ au premier trimestre 2016

Atlas Mara annonce une perte de 2 millions $ au premier trimestre 2016

Atlas Mara annonce une perte de 2 millions $ au premier trimestre 2016

La holding d’investissement dédiée aux services bancaires en Afrique Atlas Mara a annoncé, dans un communiqué publié le 26 mai, avoir enregistré une perte de 2 millions de dollars au premier trimestre 2016.

Les opérations du groupe en Afrique de l’Ouest et de l’Est ont dégagé des bénéfices respectifs de 6,9 millions de dollars et de 0,7 million de dollars entre le 1er janvier et le 31 mars. En Afrique australe, Atlas Mara a en revanche accusé une perte de 6,3 millions de dollars. La dépréciation des monnaies des pays où l’entreprise compte des filiales a été, par ailleurs, a l’origine d’une perte de 1,1 million de dollars.

«Ces résultats sont nettement en dessous du niveau espéré, nonobstant les défis posés par un contexte économique plus difficile», a déclaré le directeur général de la holding John Vitalo, cité dans le communiqué.

Atlas Mara avait lancé le 26 avril dernier un avertissement sur ses profits, indiquant qu’elle devrait annoncer une perte au premier trimestre de 2016 contre un bénéfice de 9 millions de dollars durant la même période de 2015.

La holding fondée fin 2013 par Bob Diamond (photo), en association avec le milliardaire Ashish Thakkar et Arnold Ekpe, ex-CEO du groupe Ecobank, continue cependant à tabler sur un résultat annuel 2016 supérieurs au bénéfice de 11,3 millions de dollars enregistré l’an passé, et ce en dépit des «vents contraires significatifs» liés à la faiblesse des monnaies africaines et à un contexte économique plus difficile. «Nous avons des plans de réduction des coûts clairs et des initiatives pour dégager davantage de revenus en vue de faire en sorte que le groupe soit bien placé pour résister aux vents contraires actuels», a précisé M. Vitalo.

Atlas Mara, qui détient déjà des participations importantes dans plusieurs banques africaines, dont l’Union Bank of Nigeria, le groupe BancABC et la Banque Populaire du Rwanda (BPR), avait annoncé fin avril dernier être «en discussion avec un consortium d’investisseurs» pour acquérir les parts de Barclays dans sa filiale panafricaine.

agenceecofin.com

Aller en haut