Accueil / Mines & Energies / Australie: Le gouvernement rejette un moratoire sur les mines de charbon

Australie: Le gouvernement rejette un moratoire sur les mines de charbon

Australie: Le gouvernement rejette un moratoire sur les mines de charbon

Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull a rejeté mardi les demandes de moratoire sur la création de nouvelles mines de charbon.

Dans une lettre ouverte publiée mardi matin par la presse locale, une soixantaine de personnalités australiennes demandent aux dirigeants de la planète de placer la question du charbon au coeur de la conférence COP21 de Paris, et de négocier un moratoire mondial sur les nouvelles mines de charbon et l’expansion des mines existantes.

Réchauffement climatique

Cette demande avait déjà été formulée par Anote Tong, le président des Kiribati, petit archipel du Pacifique particulièrement menacé par le réchauffement climatique.

Le prix Nobel de médecine Peter Doherty, l’ancien gouverneur de la Banque centrale Bernie Fraser ou encore le rugbyman David Pocock figurent parmi les signataires de cet appel qui pointe notamment la responsabilité de l’Australie, un des plus grands exportateurs de charbon.

Un moratoire sans effet sur le climat pour le premier ministre australien

« Je ne suis pas d’accord avec l’idée d’un moratoire sur l’exploitation du charbon », a répliqué mardi M. Turnbull aux journalistes. « Avec tout le respect que j’ai pour les personnes qui le prônent, je crois qu’une telle mesure n’aurait pas le moindre impact sur les émissions mondiales. »

« Si l’Australie cessait ses exportations, les pays qui achètent notre charbon iraient simplement l’acheter ailleurs », a-t-il poursuivi.

« En fait, il ne fait aucun doute que cela augmenterait les émissions parce que notre charbon est largement plus propre que celui de la plupart des autres pays », a ajouté cet ancien ministre de l’Environnement.

L’Australie, un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre de la planète

Malcolm Turnbull a remplacé en septembre l’ex Premier ministre Tony Abbott lors d’un « putsch » interne à leur parti. Mais il n’a pas varié d’un iota sur sa politique très conservatrice en matière de climat.

Canberra a d’ailleurs bravé les craintes des défenseurs de l’Environnement en relançant mi-octobre un projet de mine de charbon critiqué pour son impact sur la Grande barrière de corail et qui avait été bloqué en août par la justice.

Le pays rejette environ 1,3% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde mais, avec une population relativement peu nombreuse de 23 millions, est un des plus gros émetteurs de la planète par habitant en raison de l’importance de son secteur minier et de sa dépendance au charbon.

ouest-france.fr

Aller en haut