Accueil / Auto & Transports / Automobile : Tesla mieux protégé contre les hackers ?

Automobile : Tesla mieux protégé contre les hackers ?

Automobile : Tesla mieux protégé contre les hackers ?

Société technologique avant d’être un constructeur automobile, la société serait plus vulnérable face aux attaques pour l’instant, mais plus consciente des risques.

Depuis que le magazine Wired a publié une vidéo montrant des hackers pirater à distance une Jeep Cherokee (Chrysler), le débat s’est imposé au sein de l’industrie automobile : les voitures étant de plus en plus technologiques, comment se prémunir contre les initiatives malveillantes ? D’ailleurs, comme pour confirmer que le danger est bien réel, des hackers ont également piraté le système des contenus embarqués OnStar , filiale de General Motors.

Par chance, ces piratages ont été menés par des pirates « White hat », c’est à dire qui travaillent avec les sociétés pour redéfinir la sécurité des engins. Mais, comme l’explique Business Insider , ce n’est que le début, « ça ne s’arrêtera jamais », et des hackers malveillants pourraient très rapidement s’imposer.

Du coup, si tous les fabricants peuvent être vulnérables, « sur le papier, Tesla semble être la plus vulnérable de toutes », explique le site spécialisé. La technologie intégrée dans les voitures du constructeur a été « érigée au rang d’art », par le patron de Tesla. La logique serait donc imparable : plus de technologie donc plus de piste d’entrée pour les pirates informatiques ? Pire ou mieux, la société annonce désormais des mises à jours logiciels pour ses voitures, comme Apple annonce un nouveau système d’exploitation pour ses ordinateurs et Smartphones.

Avoir conscience de la menace

Pourtant, c’est bien Tesla qui devrait gagner la bataille de la cybersécurité automobile, notamment grâce à ce système de mise à jour. Les constructeurs traditionnels sont très discrets sur les logiciels qui gouvernent leur système. « Ils veulent contrôler les mises à jour et, ce processus aurait une vraie valeur. Une fois la technologie obsolète ça peut encourager un propriétaire à acheter un nouveau modèle ». Mais cette présumée obsolescence programmée peut aussi être une entrée plus facile pour des hackers.

Le journaliste Matthew Debord auteur de l’analyse va plus loin : « le milieu tech vénère Tesla. Ce n’est un secret pour personne que beaucoup de prodige de la Sillicon Valley sont des clients de la société ». En étant proche de ce milieu, les ingénieurs sont plus à même de comprendre les enjeux liés à la cybersécurité. Ensuite, il existe au sein de Tesla, à la différence d’autres constructeurs, la conscience de menace. Elle est intégrée autant que ses systèmes informatiques sur ses véhicules. En fait, si des constructeurs comme Chrysler peuvent se targuer de leur maturité dans le secteur, Tesla construit des voitures depuis environ 10 ans seulement :

« Tesla est à cet égard comme une jeune personne ayant grandi avec l’Internet et le Web mobile – la société n’est pas un barbon dont l’idée de la sécurité se résume au verrouillage des portes et des fenêtres… », explique Business Insider.

lesechos.fr

Aller en haut