Accueil / Développement / Avec des souscriptions autour de 98%, l’eurobond camerounais emporte un succès mitigé

Avec des souscriptions autour de 98%, l’eurobond camerounais emporte un succès mitigé

Avec des souscriptions autour de 98%, l’eurobond camerounais emporte un succès mitigé

Les souscriptions des investisseurs aux obligations souveraines du Cameroun ont oscillé autour de 98% a fait savoir le site spécialisé Global Capital, citant une source proche de l’opération. Malgré le taux record offert de 9,75% pour une maturité de 10 ans et une garantie partielle fixe de la Banque africaine de développement, les arrangeurs de l’opération ne semblent pas avoir convaincu tous les investisseurs dont une bonne part souhaitait avoir une enveloppe plus grande.

Au final, 134 investisseurs auraient pris ces obligations pour un montant de seulement 1,2 milliard $, sur les 1,25 milliard $ maximum attendus du gouvernement camerounais. Les investisseurs britanniques ont été les plus nombreux avec des souscriptions équivalentes à 40% du montant sollicité. Les États-Unis sont cités en deuxième position avec 31% des souscription. Les pays du Benelux et de la Scandinavie sont annoncés à hauteur de 19%, le reste de l’Europe aurait pris 8% et 2% sont affectés à divers investisseurs non identifiés.

L’évolution des choses se présente comme un succès mitigé pour le Cameroun dont le ministre des finances Alamine Ousmane Mey (photo), en début janvier 2015 s’était montré très optimiste sur l’opération. Rappelons que ce recours à l’emprunt public souverain par le Cameroun, participe du projet visant à mobiliser des fonds pour financer un plan d’urgence supposé accélérer la croissance du pays, notamment dans le secteur de l’agriculture.

Cette dette a été largement souscrite par des gestionnaires d’actifs (78%). Les fonds de pensions et les fonds d’assurance, selon la même source, ont investi 5%, les fonds spéculatifs ont injecté 10% des fonds et les banques, dont l’identité n’a pas été donnée, ont pris les 8% restant. Jusque-là, les eurobonds africains ont été plutôt sur-souscrits. Si les chiffres du Cameroun se confirment, cela se présentera aussi comme un premier revers pour les obligations des pays africains.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut