Accueil / Bourse / Avec un gain de 5,19 %, le Cac 40 conclut sa meilleure semaine depuis le mois de février

Avec un gain de 5,19 %, le Cac 40 conclut sa meilleure semaine depuis le mois de février

Avec un gain de 5,19 %, le Cac 40 conclut sa meilleure semaine depuis le mois de février

En hausse pour la cinquième séance d’affilée, le Cac 40 a progressé de 0,60 %, à 4.764,07 points, vendredi, ce qui lui permet de signer sa meilleure performance hebdomadaire depuis le mois de février. Une bonne humeur que l’on retrouve sur l’ensemble des places boursières en Europe et aux Etats-Unis.

Quelle santé ! A peine essoufflé malgré un sprint de 4,6 % en quatre jours, de lundi à jeudi, le Cac 40 a maintenu la cadence en fin de semaine et clôturé pour la 5e fois d’affilée dans le vert. L’indice parisien s’est adjugé 0,60 %, à 4.764,07 points, dans un volume d’activité toujours soutenu, de 4 milliards d’euros. Sur la semaine, il a engrangé 5,19 %, sa meilleure performance depuis la semaine achevée le 19 février 2016, lorsque le gouverneur de la Banque populaire de Chine écartait l’éventualité d’une dévaluation et que son homologue de la Banque centrale européenne (BCE) répétait qu’il était prêt à prendre des mesures plus musclées pour éviter la déflation.

Forza Milano

Mais en Europe, c’est Milan qui tient le haut du pavé, avec un gain hebdomadaire de 7,06 %, permettant à l’indice FTSE Mib de réduire ses pertes annuelles à 14,6 %. Loin de démériter, la Bourse de Francfort s’est adjugée 6,57 % au cours des cinq derniers jours, dont 0,22 % vendredi.

A première vue, on pourrait être tenté de croire que le marché ignore le risque italien. Il n’en est rien. Les investisseurs en ont parfaitement conscience, mais ils ont surtout conscience que la BCE se tient prête à agir pour éviter une nouvelle crise, notamment des banques italiennes même si, ce vendredi, l’institution a refusé, à en croire Reuters, de décaler le calendrier de l’augmentation de capital de Monte dei Paschi di Siena (- 10,3 % à Milan). « La BCE a été présente au rendez-vous qu’elle avait elle-même fixé aux investisseurs » ce jeudi, écrit le cabinet Aurel BGC. L’institution monétaire a prolongé son programme d’achats d’actifs jusqu’en décembre 2017 – au lieu de mars 2017- en en modifiant certains détails techniques, comme le montant mensuel des rachats, qui est abaissé de 80 milliards à 60 milliards d’euros à partir d’avril Elle a également ouvert une option d’achat de titres d’Etat à rendement inférieur au taux d’intérêt de la facilité de dépôt (- 0,40 %) et la maturité résiduelle minimale des titres achetés passe de 2 ans à 1 an.

Outre-Atlantique, les marchés financiers sont également en grande forme, notamment le Dow Jones, dont on ne compte plus les records. Dès la semaine prochaine, la tendance pourrait à nouveau être à la prudence, alors que la Réserve fédérale américaine (Fed) réunit son comité de politique monétaire mardi et mercredi. Désormais, elle ne peut plus faire marche arrière et relèvera son principal taux directeur de 25 points de base, comme le marché l’anticipe. Les derniers indicateurs économiques plaident pour un resserrement, à l’image de l’indice de confiance du consommateur de l’Université du Michigan pour le mois de décembre. La statistique, la première depuis l’élection de Donald Trump à la Maison-Blanche, a fait un bond à 98, contre 93,8 en novembre et 94,5 attendu par le consensus. Elle est à son meilleur niveau depuis janvier 2015.

Vivendi et ArcelorMittal font le grand écart

Sur le front des valeurs, Vivendi caracole en tête du Cac 40 avec un gain de 6,48 %. Les investisseurs spéculent sur le titre alors que, selon l’agence Bloomberg, le groupe aurait engagé des discussions en vue de l’éventuel rachat de sa filiale Canal+ par Orange. Stéphane Richard, PDG de l’opérateur télécoms, avait déclaré hier soir aux Echos être intéressé par un rachat de la chaîne cryptée si elle était mise en vente.

Publicis et Essilor complètent le tiercé gagnant. Le titre du groupe d’optique ophtalmique profite d’un relèvement de recommandation de Morgan Stanley, passé de « pondération en ligne » à « surpondérer ». Le broker anticipe une accélération de la croissance des ventes en 2017 grâce notamment à la fermeté du dollar et à la perspective d’un assouplissement de la fiscalité des entreprises aux Etats-Unis.

Danone monte dans le sillage du Stoxx 600 de l’alimentation-boisson alors que Deutsche Bank a relevé son opinion sur le secteur en Europe de « sous-pondérer » à « en ligne ».

A l’inverse, ArcelorMittal subit des prises de bénéfices, tout comme les valeurs bancaires.

Enfin, Gemalto signe la plus forte hausse du Stoxx 600. Le groupe a conclu un accord en vue du rachat d’une filiale du groupe américain 3M spécialisée dans la biométrie pour 850 millions de dollars. Une opération jugée « hautement stratégique et relutive [positive en termes de bénéfice par action] » par Kepler, pour qui les perspectives du groupe s’améliorent progressivement.

 

 

investir.lesechos

Aller en haut