Accueil / International / AXA cède son courtier britannique Bluefin

AXA cède son courtier britannique Bluefin

AXA cède son courtier britannique Bluefin

L’assureur français a vendu son activité de courtage en assurance dommages pour les entreprises au Royaume-Uni au courtier américain Marsh pour 295 millions de livres.

AXA poursuit le recentrage de ses activités au Royaume-Uni. Le géant français de l’assurance a annoncé lundi un accord avec le courtier américain Marsh pour lui vendre Bluefin Insurance Group Ltd, son activité de courtage en assurance dommages pour les entreprises au Royaume-Uni, pour 295 millions de livres (340 millions d’euros). Cette transaction, qui devrait être finalisée avant la fin du premier trimestre 2017, devrait produire un impact négatif exceptionnel de 66 millions d’euros comptabilisé en résultat net, a précisé AXA.

« Compte tenu de l’évolution des dynamiques de marchés et de notre propre stratégie, il est apparu de plus en plus évident que la capacité à exploiter le potentiel de Bluefin serait meilleure au sein d’une nouvelle structure », a expliqué Amanda Blanc, directeur général d’AXA au Royaume-Uni et en Irlande. Présenté comme un leader du courtage, Bluefin emploie près de 1.500 personnes réparties sur 45 agences.
Sortie de l’assurance-vie

AXA a multiplié les cessions ces derniers mois au Royaume-Uni, pour sortir totalement du marché de l’assurance-vie et se concentrer sur l’assurance-dommages. Ces dernières semaines, le groupe français a finalisé la vente de ses activités de gestion de patrimoine internationale situées sur l’Ile de Man, puis celle de ses activités britanniques de gestion de patrimoine, d’épargne retraite et de prévoyance en direct. AXA a aussi cédé sa plate-forme de vente dite « Elevate ».

En mai, AXA avait indiqué que le montant total de la vente de ces différentes cessions s’élèverait à environ à 632 millions de livres et que ces différentes transactions auraient en tout un impact négatif exceptionnel d’environ 400 millions d’euros comptabilisé en résultat net.

Laurent Thevenin
lesechos

Aller en haut