Accueil / International / Axa va se délester de ses activités au Portugal

Axa va se délester de ses activités au Portugal

Axa va se délester de ses activités au Portugal

L’assureur français est entré en négociations exclusives avec le belge Ageas afin de lui céder ses activités d’assurances au Portugal pour 190,8 millions d’euros. L’offre est “irrévocable”.

Axa est sur le point de quitter le Portugal. L’assureur français a annoncé vendredi 7 août des négociations exclusives avec l’assureur belge Ageas en vue de lui céder ses activités dans le pays dans lequel il est présent depuis 1997. Ce n’est pas tout à fait une surprise, depuis le 1er juin et les informations du Jornal de Negocios rapportées par Bloomberg et l’Agefi, voire depuis le début avril, quand le groupe annonçait un plan de licenciement de 10% des effectifs.

L’offre “irrévocable” soumise par Ageas comprend l’intégralité des participations d’Axa dans Axa Seguros (dommages), Axa Seguros de Vida (activité vie, épargne et retraite) et Axa Global Direct Seguros y Reaseguros (assurance directe), précise le groupe français dans un communiqué.

La filiale portugaise d’Axa compte plus de 700.000 clients et a enregistré en 2014 un chiffre d’affaires de 433 millions d’euros.

Valorisation à 197,5 millions d’euros

Le montant de la cession grimpe à 190,8 millions d’euros. En outre, la transaction envisagée valoriserait 100% des opérations d’Axa au Portugal à 197,5 millions d’euros, indique Axa dans un communiqué.

Elle devrait produire un impact positif exceptionnel en compte de résultat d’environ 0,1 milliard d’euros, qui serait comptabilisé en résultat net, ajoute Axa. Les entités portugaises d’Axa concernées par la transaction seront traitées comme des entités en cours de cession dans les comptes consolidés d’Axa pour l’année 2015.

La combinaison de ces activités ferait passer Ageas de la 6e à la 2e place dans le segment non-vie (les assurances de biens et de responsabilité et les assurances des dommages corporels) au Portugal sur la base des primes brutes émises, avec une part de marché cumulée de 14,4%, indique de son côté l’assureur belge dans un communiqué.

Avec AFP et Reuters/latribune.fr

Aller en haut